LE DIRECT
Guido Minisky

Guido Minisky : "La fête ne se questionne pas, elle se vit"

43 min
À retrouver dans l'émission

Pour notre rentrée radiophonique, nous recevons Guido Minisky, musicien, DJ, et membre du groupe français de musique électro-orientale Acid arab, dont le dernier album Jdid est sorti en 2019. L'occasion de parler de la situation du monde de la fête , au regard de la crise sanitaire.

Guido Minisky
Guido Minisky Crédits : Flavien Prioreau

Tous les soirs nous portons notre attention à celles et ceux qui nous parlent de leur travail du moment, un livre, une installation, un film, un spectacle de cirque, une danse, une pièce, ou… de la musique. Nous vivons une époque où faire la fête, écouter de la musique ensemble, debout, en vrai,
est pour le moins compliqué. Nous donnons aujourd'hui la parole à Guido Minisky, musicien, DJ, et membre du goupe Acid Arab qui, a signé, avec d’autres musiciennes et musiciens, un texte paru en août, qui détaille les craintes d’une extinction du domaine de la fête.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

J'ai participé à cette tribune pour soutenir les artistes mais aussi les professionnels de la musique, ceux dont on parle moins, les bookers, les tourneurs, les producteurs, les gens de l'ombre, ceux qui font vivre la musique et les musiciens. Evidemment les artistes sont très touchés par cette crise sanitaire, mais eux, on les voit, alors qu'il y a toute une frange de métiers qui s'est fait couper les jambes, depuis des mois et des mois, et ça ne repousse pas. Guido Minisky

J'ai l'impression que les fêtes sont extrêmement rassembleuses, d'ailleurs elles se ressemblent partout dans le monde. Que ce soit dans un petit club en Bourgogne, au pied d'une montagne au Japon, ce qui importe c'est qu'on soit face à des gens qui ont envie d'autre chose, c'est-à-dire, entendre de la musique, danser, se dépenser. Quand on est au coeur de ça, les questions ne se posent plus, c'est quelque chose qu'on vit : c'est physique, intrinsèque et ça ne mérite pas autant de réflexion. Quand on y est, ce qui importe, c'est ce qu'on va y abandonner et ce qu'on va en prendre. Guido Minisky

Dans la musique orientale, ce qu'on a découvert, c'est une richesse rythmique délirante, qui nous écrase complètement. Le lien entre la transe de ces musiques et la transe des musiques électroniques est le point de départ du projet. Il y avait aussi un peu un lien social, parce que d'un point de vue occidental, ces musiques du monde arabe étaient un peu mises de côté. Soit il y avait une élite qui connaissait, soit le grand public ne les connaissait pas. Puis, progressivement, grâce radio Nova, à l'essor du Raï et à internet qui abolit la relation entre l'argent et la musique, cette musique a pris ses marques et sa place dans la société culturelle. Guido Minisky

Archives

Emmanuelle Lallement, émission "Le temps du débat", France Culture, 2020

Karim du duo TOUKADIME, émission "Par les temps qui courent, France Culture, 2018

DJ Sextoy, émission "Surpris par la nuit", France Culture, 2001

Rachid Taha, émission "Mille et une zik", France Inter, 2006

Références musicales

Acid Arab, Soulan

Acid Arab, Electric Yarghol 

Acid Arab, Club DZ

Prise de son

Eric Boisset

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......