LE DIRECT
Photo de couverture de l'album Célimène Daudet

Célimène Daudet : "J'ai envie de rendre vivante la musique, de créer un moment où l'on respire ensemble"

1h01
À retrouver dans l'émission

.La pianiste réunit des préludes d'Olivier Messiaen et de Claude Debussy, sur le disque "Messiaen / Debussy, Préludes pour piano", paru sous le label NoMadMusic.

Photo de couverture de l'album Célimène Daudet
Photo de couverture de l'album Célimène Daudet Crédits : Nomad music

« La petite tempête qui ouvre et conclut la pièce alterne l'orangé veiné de vert avec quelques taches noires ; le développement central est plus lumineux ; le second thème, très mélodique, enrobé d'arpèges sinueux, est bleu orange pour la première présentation, vert orange pour la deuxième présentation. Couleurs dominantes de toute l'œuvre : violet, orangé, pourpre». Olivier Messiaen donnait ces indications de couleurs pour accompagner ses préludes composés à la fin des années 20. Une quinzaine d'années plus tôt, Claude Debussy composait lui aussi des préludes. Faisant côtoyer Un reflet dans le vent avec Brouillards, Les Fées sont d’exquises danseuses, ou Feux d’artifices. La pianiste Célimène Daudet les réunit sur le disque Messiaen / Debussy, Préludes pour piano, paru sous le label NoMadMusic.

Elle donnera une masterclass et un concert le 3 juin prochain dans le cadre du festival de piano des Amateurs Virtuoses qui aura lieu à Paris du 28 mai au 3 juin.

Il n'y a pas de suite à un prélude. Ce sont des pièces qui sont des moments qui captent l'auditeur et créent un monde avec une puissance d'imaginaire forte. C'est l'art de l'instant, du temps présent. C'est un prélude peut être à rien mais peut être aussi à tout ce qu'il peut nous évoquer.

En tant que pianiste c'est important de réfléchir à comment reproduire des éléments aussi naturels que le vent, le souffle, la lumière, avec un instrument qui est aussi mécanique, et c'est fascinant de voir comment c’est possible.

L'enregistrement est une photographie d'un instant. On peut le voir de manière figée aussi. Pour moi, le travail ne s’arrête pas à l'enregistrement. Je refuse de m'imiter moi même.

A travers la musique on apprend l'écoute de l'autre, de soi, le labeur au sens noble du terme. Et c’est une très belle leçon de vie, ce goût de l'effort, mais aussi de s'attacher à l’immatériel et à la beauté.

Programmation musicale : 

  • Olivier Messiaen, Un reflet dans le vent
  • Claude Debussy, La terrasse des audiences du clair de lune 
  • Franz Schubert, Lied Nacht und Traüme (Ian Bostridge & Julius Drake)
  • Trouble, Snake Eyes
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......