LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Zineb Sedira

Zineb Sedira :" Pour parler du politique, il faut parler du personnel"

59 min
À retrouver dans l'émission

Nous recevons l'artiste pour son exposition personnelle intitulée "L’espace d’un instant" qui se tient au Jeu de Paume à Paris, jusqu’au 19 janvier 2020. elle évoque sa stratégie artistique, sa volonté de transmettre, et de raconter des histoires qui incluent toujours des éléments autobiographiques.

Zineb Sedira
Zineb Sedira Crédits : Pia Viewing

Le Jeu de Paume présente une exposition personnelle de Zineb Sedira : elle couvre une période allant de 1998 à aujourd’hui et montre des formes aussi diverses que la vidéo, le film, l’installation et la photographie. Les œuvres choisies témoignent de l’intérêt de l’artiste pour les histoires orales, leur collecte, leur enregistrement et leur transmission, mais elles révèlent aussi son intérêt profond pour l’histoire postcoloniale et pour les problèmes liés à la destruction écologique globale due à la surproduction et à la circulation universelle des personnes et des biens.

"Lighthouse in the sea of time", 2011
"Lighthouse in the sea of time", 2011 Crédits : Zineb Sedira/Courtesy de l'artiste et Kamel Mennour, Paris/Londres

Extraits de l'entretien

"La notion de l'effort, la notion du temps sont importantes dans mon travail, c'est en fait l'effort de transmettre une histoire, mon histoire, celle de mes parents. C'est aussi autobiographique, parce que je me mets parfois en scène dans certaines pièces, qu'elles soient photographiques ou vidéos. Pour moi il était important d'occuper cet espace qu'est le phare pour retravailler ces histoires de mémoires, l'histoire coloniale et postcoloniale. Cet espace marin qu'il y a entre la France et l'Algérie est pour moi un espace d'immigration mais aussi d'exodus : c'est un espace de mouvement mais aussi de non-mouvement. Je voulais au travers du phare parler de tout ça."

"Je me demande souvent où je me situe en tant qu'artiste, quel est mon rôle. Je sens qu'il est important que je prenne ce rôle de raconter, je dis souvent que je suis une raconteuse d'histoires. Je flashe sur des histoires, je tombe amoureuse d'une personnalité, ou d'un lieu et je tisse une histoire autour de pleins d'éléments, mais toujours en incluant l'autobiographie. Il faut toujours qu'il y ait une présence de moi, de mes parents ou de mes enfants, le personnel est important, le moi et le collectif sont liés. Dès le début de ma carrière, j'ai inclus le moi dans mon travail et ma stratégie artistique est que pour parler du politique, il faut parler du personnel."

"Au début je considérais l'archive comme quelque chose d'assez officielle, qui était là pour les historiens, c'était les archives auxquelles j'avais eu accès. Et puis je me suis rendue compte qu'il y avait plein d'autres archives, des archives non officielles, des archives filmiques, sonores ou photographiques. J'ai voulu travailler avec l'archive car c'est un truc assez statique et assez lourd, composée souvent des documents, et j'ai voulu me la réapproprier pour en faire quelque chose de visuel, de la travailler et la malaxer un peu comme une pâte, pour pouvoir en faire quelque chose d'autre, qui reste quand même une archive, mais sous une forme moins traditionnelle."

"En Algérie on a beaucoup d'archives, mais il y a un manque d'accessibilité. Moi, j'ai eu la chance de pouvoir travailler à la cinémathèque d'Alger, mais je ne dis pas que tout le monde pourra avoir cette chance, et peut-être que dans deux ans ces archives seront fermées ou même brûlées. Donc moi, je veux partager, transmettre et donner à l'autre, s'il en a envie, la possibilité d'étudier et d'apprendre."

"Standing Here Wondering WhichWay to Go
"Standing Here Wondering WhichWay to Go Crédits : Zineb Sedira/ Courtesy galeries Kamel Mennour Paris/London et The Third line, Du

Lecture

Arlette Farge, Le goût de l'archive (Seuil)

Extraits

Lighthouse in the Sea of Times de Zineb Sedira, 2011

Mother, Daughter and I, de Zineb Sedira, 2012

Archive

Kader Attia, émission "L'heure bleue", France Inter, 2016

Références musicales

Lounès Matoub, Asa tesâid mmi-m

Camille, Le port

Pris de son

Delphine Baudet

Vous pouvez écouter et/ou podcaster cet entretien en cliquant sur le lien ci-dessus

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......