LE DIRECT
A teenager holding his ghetto blaster on 42nd street New York, USA, 1980. (Photo by: PYMCA/Universal Images Group)
Épisode 1 :

Ouafa Mameche : " Le rap a été pour moi une façon d’appréhender la France et le monde"

42 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec Ouafa Mameche, journaliste et fondatrice de "Faces Cachées Editions", où elle a récemment publié le livre du rappeur Manu Key "Les Liens sacrés". Nous revenons sur son parcours et évoquons les manières d'écrire le rap et son histoire aujourd'hui.

Ouafa Mameche
Ouafa Mameche Crédits : Keros971

Journaliste musicale et éditrice littéraire, Ouafa Mameche écrit pour le site L’Abcdrduson et y anime le podcast consacré au rap français. Après trois années dans l'émission La Sauce sur OKLM Radio, elle intervient aujourd'hui en tant que chroniqueuse dans l'émission After Rap  sur Mouv et a lancé le podcast Hors-Temps. Elle a créé  la maison d'édition Faces Cachées en 2015 dans le but de donner la parole à ceux dont le parcours est inspirant mais invisible. Elle a été chargée de projet dans le label de rap indépendant Din Records avant de se lancer en tant que chargée de projet indépendante et consultante. En 2018, elle a été lauréate du Prix de la Nouvelle Onde dans la catégorie "Je choisis tout", prix destiné à mettre en avant les jeunes talents de moins de 30 ans œuvrant dans la musique. Elle organise et anime plusieurs conférences sur la musique et participe à la rédaction et à l'édition d'ouvrages sur le même thème. Depuis janvier 2021, elle est Responsable éditoriale musique pour Red Bull France.

Extraits de l'entretien

Le terme Faces cachées recouvre tout ce que j’ai envie de faire, dans tous les domaines, à savoir, mettre la lumière sur des personnes qui n’y sont pas et qui n’imaginent pas prendre la parole et être sur le devant de la scène, même si elles écrivent et font de la musique pour s’exprimer. J’ai tout de suite voulu mettre en avant les rappeurs indépendants, parce que c’est comme ça que j’ai découvert le rap, grâce à ces artisans qui travaillaient dans l’ombre et qui me touchaient plus profondément. Depuis le début, j’ai voulu donner de la lumière et la parole à des gens qui ont tant à dire, et qui, peut-être, ne croient pas leur potentiel et à la possibilité de toucher beaucoup de gens. Ouafa Mameche

Le rap m’a aidé à comprendre beaucoup de problématiques sociétales de la France à travers sa jeunesse, que ce soit par rapport aux institutions, aux inégalités, et aux aspirations de toute cette jeunesse. D’un autre côté, cela m’a appris aussi à comprendre les lieux, car le rap est différent à Paris, dans le 93, ou dans le Val-de-Marne, ces différentes couleurs me faisaient voyager et comprendre le monde dans lequel je vivais, sachant que c’était une société dans laquelle j’étais toujours en intégration, car je ne suis pas née en France. Grâce au rap, j’ai aussi beaucoup appris sur l’histoire du monde en général, j’ai découvert de grands personnages, dont on ne nous parlait pas à l’école, comme par exemple Lumumba, Massoud ou Sankara, en fait, tout ce qui était en dehors du roman national que je devais apprendre sagement pour avoir de bonnes notes. Ouafa Mameche

Aujourd’hui, on ne parle plus de rap de la même manière, on essaie en tout cas d’en parler en mêlant tous les domaines qu’on connait, à savoir l’histoire, la géographie, la société. Ce que j’aime dans "L’Abcdrduson" , c’est déjà, placer chaque disque dans un contexte, placer son artiste dans un contexte, qu’il soit familial ou social, et ancrer ça dans un mouvement musical plus large, qui est celui du rap, et enfin, l’ancrer dans tous les mouvements musicaux, dans toute la culture et dans toute la France. Ouafa Mameche 

Pour le livre avec Manu Key, nous avons eu de longues discussions pour savoir ce qu’il était prêt à dévoiler ou pas, à qui il avait envie de parler, et pourquoi il voulait le faire. L’important dans une ligne éditoriale, c’est ce qu’on donne et à qui. Au début, il y de nombreux thèmes qu’il n’a pas voulu évoquer, car il est très pudique, mais il était important de le repousser dans ses retranchements, parce que tout est lié. Certes, l’histoire de la Mafia K’1 Fry, c’est 80% du livre, mais sa vie, d’où il vient, comment il concilie basket et rap, ses peines d’amour, sa famille, tout ça a contribué à son désir de faire du rap, à être l’homme de l’ombre et à traiter tel ou tel thème. Il fallait partir de la genèse de sa vie, le découvrir, le comprendre et le guider à travers de très nombreuses interviews qu’on a menées. Parallèlement, on a fait des recherches historiques, on a collecté des archives et rencontré d’autres personnes pour recouper les sources. C’est un livre qui porte la vie et la vision de Manu Key, mais le but était aussi que les faits, que les dates, musicalement parlant, soit les plus exactes possibles, pour qu’elles puissent servir de sources bibliographiques pour des travaux futurs. Ce livre permet de concaténer plein d’informations, ce qui en fait, peut-être, un livre d’histoire. Ouafa Mameche

Archive

Faiza guène, émission "Le réveil culturel", France Culture, 2020

Extraits

Si tu roules avec la mafia K’1 Fry, documentaire de Philippe Roizès, 2003

La place Hip hop , rencontre avec Manu Key, fondateur de la Mafia K'1 Fry

Références musicales

Olafur Arnalds, Wild Open

113, Les princes de la ville

Damso, Deux toiles de mer

Prise de son

Elise Leu

Bibliographie

.

Les liens sacrésFaces cachées, 2020

Intervenants
  • Fondatrice de Face Cachée Éditions, chroniqueuse pour l'émission "La Sauce" sur OKLM radio
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......