LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
David Douard

David Douard : "Le plus important c'est ce qui n'est pas là"

48 min
À retrouver dans l'émission

Par le détour de son installation intitulé "O' Ti' Lulaby" visible au Frac Ile-de-France jusqu'au 13 décembre prochain, l'artiste plasticien David Douard discute avec nous de l'espace à découper puis à recoudre, de la poésie cachée dans des data center et de la fabrication de ses objets narquois.

David Douard
David Douard Crédits : © Photo : Patricia Khan

Du 27 septembre au 13 décembre 2020, le Plateau présente une exposition personnelle de David Douard. Elle porte le nom d'une berceuse "O’ Ti’ Lulaby" et regroupe principalement des nouvelles productions, installations, pièces sculpturales ou éléments sonores et architecturaux.  

Mêlant plusieurs registres de langage, objets quotidiens et matériaux à la fois issus du low-tech, de la culture populaire et mainstream, les œuvres de David Douard provoquent des glissements de sens générateurs de  poésie et de fiction. Les fragments de poésie collectés sur Internet associés à des formes tourmentées, abîmées,  découpées et rapiécées donnent naissance à des pièces sculpturales de nature hybride. Récoltant indifféremment  les scories du monde, ses installations – composées de matériaux dont les caractéristiques organiques et  anarchiques font écho à celles des mouvements sociaux – nous donnent à voir des corps en mutation. 

vue de l'exposition O' Ti' Lulaby
vue de l'exposition O' Ti' Lulaby

Mes objets collés sont comme un crash lent. Comme s'il y avait une rencontre de deux choses qui normalement ne se rencontrent pas. J'aime que dans l'atelier les choses se contaminent et que les matériaux puissent signifier cela. Souvent des matériaux fluides sont comme de la salive ou des mucus qui se mélangent ensemble. Quand il y a des matériaux durs, comme des grilles ou du métal, c'est davantage pour protéger la porosité des matériaux et pour les enfermer. 

Je n'aimerais pas trop qu'on parle de la matérialité de mes objets, je préfère penser plutôt à l'âme des choses. Ce qui est le plus important est ce qu'on ne voit pas, et c'est pour cela que c'est difficile d'en parler. Je ne fais que des propositions pour chercher ailleurs. Produire une belle forme serait vraiment le drame ! L'objet doit être branque, juste ce qu'il faut. L'objet doit être accueillant. J'aime parler de présence. Il nous susurre des trucs à l'oreille. S'il est beau à regarder, c'est un leurre, il vous trompe. Mes objets ne sont pas beaux. 

Archives 

Extraits sonores de l'exposition "O' Ti' Lulaby"
Claude Viseux, émission "L'homme et le matériau", RDF/RTF, 1963
Robert Filliou, émission "Atelier de création radiophonique", 1970

Prise de son : 

Bernard Laniel 

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......