LE DIRECT
Callisto Mc Nulty ©Joffrey Speno

Callisto Mc Nulty : "Il peut y avoir une radicalité joyeuse"

1h01

A l'occasion de la diffusion prochaine sur Arte de son documentaire "Delphine et Carole, Insoumuses", la réalisatrice nous parle du mouvement féministe dans la France des années 70 à travers les figures de la comédienne Delphine Seyrig et de la réalisatrice Carole Roussopoulos.

Callisto Mc Nulty ©Joffrey Speno
Callisto Mc Nulty ©Joffrey Speno Crédits : Joffrey Speno

Si l'on connaît la figure de la comédienne Delphine Seyrig à travers ses rôles au cinéma chez Jacques Demy ou Alain Resnais, le grand public est souvent moins averti de son engament politique aux côtés du Mouvement de Libération des Femmes. En 1974, elle rencontre la réalisatrice pionnière du médium vidéo, Carole Roussopoulos, lors d'un stage animé par cette dernière et de cet événement naissent une amitié et une œuvre dense.

Delphine et Carole, insoumuses retrace l'évolution de cet engagement croissant à travers l'agencement de leurs productions personnelles et d'interviews, d'images d'entretiens ou de morceaux de films de fiction. Le résultat est à l'image des productions militantes de la comédienne et de la réalisatrice et se veut une réflexion sur le féminisme contemporain tout en restant un film de montage qui fourmille de contrepoints satyriques.

Extraits

Carole disait que les images appartenaient autant à elles qu’a ceux qu’elle filmait et il n’y a pas du tout une démarche d’auteure. Elle disait qu’elle n’était pas une réalisatrice de cinéma d’auteur et qu’elle n’avait pas du tout de prétention à ça [...] elle se définissait plutôt comme une écrivaine publique, elle ne savait pas écrire et la vidéo était un moyen de transmettre ce que les autres voulaient dire.

Je pense qu’elles avaient quand même une intelligence qui faisait qu’elles n’avaient pas besoin de s’arrêter, de tout théoriser avant de faire et moi, je trouve que c’est très libérateur et ça m’inspire beaucoup en tant que femme et en tant que réalisatrice.

Je voulais faire un film d’archive et montrer ces images des années 70 parce qu'il y a des résonances qui sont évidentes, et même s’il y a eu des glissements et des changements, le féminisme reste un outil de vigilance et beaucoup de choses n’ont pas été réglées.

Je pense que son féminisme est né de sa pratique d’actrice et des rôles très limités que le cinéma masculin lui offrait.[...]De voir qu’on n'est pas conviés dans plein d’histoires c’est douloureux en tant que spectatrice ou spectateur et en tant qu’actrice c’est très aliénant.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Archives 

Extraits du documentaire Delphine et Carole, insoumuses, Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, Les Films de la Butte, 2019.

Carole Roussopoulos, émission "Surpris par la nuit", France Culture, 2006.

Breanne Fahs, émission "Une Histoire particulière : Valérie Solanas", Hannah Barron, France Culture, 2019.

Liliane de Kermadec, émission "Les nuits de France Culture", France Culture, 1975.

Jane Fonda, Sois Belle et Tais-toi, Delphine Seyrig, 1981.

Scum Manifesto, Delphine Seyrig, Carole Roussopoulos, 1976.

Programmation Musicale

Christiane Legrand, Michel Legrand, Conseils de la fée des lilas

Patti Smith, Ghost dance

Générique de fin :  Jacques Offenbach, Barcarolle Contes D'Hoffmann Belle nuit ô nuit d'amour Nicklaus et Giulietta.

Prise de son

Claude Niort

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......