LE DIRECT
Gwenaël Morin

Gwenaël Morin : "Même si le théâtre c’est voir, il ne faut pas montrer pour autant"

44 min
À retrouver dans l'émission

Nous recevons le metteur en scène Gwenaël Morin pour son adaptation du texte d’Antonin Artaud "Le théâtre et son double" au théâtre Nanterre-Amandiers, jusqu’au 3 octobre 2020.

Gwenaël Morin
Gwenaël Morin Crédits : Lucie Martin

Après ses relectures de grands classiques (Molière, Shakespeare, Sophocle, Racine…), Gwenaël Morin s’empare du Théâtre et son double d’Antonin Artaud en se donnant comme point de départ le manifeste du Théâtre de la cruauté . Sous une immense bulle blanche dans laquelle sont installés comédiens et spectateurs, le metteur en scène interroge son expérience à la lumière des théories d’Artaud jusqu’à détruire son propre travail, à la recherche d’un autre théâtre sous les ruines.

Le théâtre et son double se joue au théâtre Nanterre-Amandiers jusqu'au 3 octobre 2020

"Le théâtre et son double" de Gwenaël Morin au théâtre Nanterre-Amandiers, 2020
"Le théâtre et son double" de Gwenaël Morin au théâtre Nanterre-Amandiers, 2020 Crédits : MARTIN ARGYROGLO

Ce qui m’a intéressé, c’est que Le théâtre et son double fonctionne un peu comme un totem, il exerce une sorte de fascination dans toutes les bibliothèques qui se respectent, et en particulier dans celles de gens sensés s’intéresser au théâtre, dont je fais partie. C’est un livre qui est là, qu’on a lu et qu’on va relire, qui brûle et à la chaleur duquel on peut se réchauffer, mais aussi se brûler gravement. (…) Donc, l’idée de faire un spectacle dont le titre serait Le théâtre et son double s’est imposée, c’était une manière de mettre le totem au centre de nos préoccupations pendant quelque temps. Dans le spectacle, il n’y a aucun texte du Théâtre et son double, et on ne peut pas dire qu’Antonin Artaud me « démange » depuis longtemps, même si très jeune en tombant sur L’ombilic des limbes, j’ai été fasciné, parce que je n’y comprenais rien, mais j’y voyais la possibilité d’inventer un monde neuf, dans lequel je comprendrais ce qui est écrit. Je n’ai pas nourri de passion folle pour Antonin Artaud, j’ai plus été attiré par l’emblème culturel qu’il représentait. Gwenaël Morin

Quand j’envisage de monter un texte de théâtre, je me pose toujours la question suivante : comment passer de la théorie à la pratique ? Il y a des choses écrites, et comment, quand on les passe au crible de l’expérimentation et de la sensibilité des acteurs, quand on répète encore et encore, une transformation opère et quelque chose s’incorpore ? Le spectacle raconte aussi ce temps d’incorporation. Ce spectacle n’est pas une illustration du Théâtre et son double, mais je voulais savoir l’influence profonde que ça allait avoir sur cette nécessité qui m’habite, et qui consiste à faire du théâtre toute ma vie. Gwenaël Morin

"Le théâtre et son double" de Gwenaël Morin au théâtre Nanterre-Amandiers, 2020
"Le théâtre et son double" de Gwenaël Morin au théâtre Nanterre-Amandiers, 2020 Crédits : MARTIN ARGYROGLO

J’aime bien l’idée que le théâtre soit de l’ordre de la vision, mais d’une vision non matérialisée. Aller au théâtre c’est voir, et ça ne veut pas dire qu’il faille montrer pour autant. On pourrait penser que le langage a une fonction évocatrice, parce qu’on parle pour être en phase avec une vision, qu’on n’a pas forcément devant les yeux, et ça renvoie évidemment aux espaces spirituels, aux églises et à tous les temples quels qu’ils soient. La plupart du temps, les temples sont construits autour d’un vide, ce sont des constructions autour d’une aporie. En fait, les mots sont les éléments qui construisent le temple autour du vide, et tout à coup il y a une présence. A un moment donné, la parole produit une forme de présence sensible magnifique. Je monte des textes que je ne comprends pas, et à un moment donné, quelque chose a lieu : qu’est-ce qui fait que ça tient, que j’arrive à engager plusieurs mois de ma vie à faire face à un truc que je ne comprends pas, en étant persuadé que quelque chose va venir ?   Gwenaël Morin

Archives

Antonin Artaud, RTF, 1947

Valère Novarina, émission "Du jour au lendemain", France Culture, 2013

Référence musicale

Julianna Barwick, Inspirit 

Prise de son

Marie Lepeintre

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......