LE DIRECT
Nathalie Stutzmann

Nathalie Stutzmann : "L’intéressant dans un récital, c’est d’explorer tous les sentiments humains"

42 min
À retrouver dans l'émission

Nous recevons la contralto et cheffe d'orchestre, invitée principale du Philadelphia Orchestra, à l’occasion de la sortie de son album "Contraltos" chez Warner music /Erato.

Nathalie Stutzmann
Nathalie Stutzmann Crédits : DR Warner music/Erato

Nathalie Stutzmann, qui ici chante et dirige à la fois Orfeo 55, l'ensemble qu'elle a fondé il y a dix ans, a donné une mission quelque peu féministe à cet l'album, qui "rend hommage aux contraltos de l'époque baroque, des femmes éclipsées par les hommes.  Cela nous rappelle une fois de plus que les femmes sont souvent censées prendre la deuxième place. Nous avons encore du travail pour parvenir à une forme d'égalité".  De plus, Nathalie Stutzmann estime que des compositeurs comme Porpora, Bononcini, Caldara et Gasparini ne doivent pas être oubliés, même si leurs opéras sont désormais beaucoup plus rares que ceux de Haendel ou Vivaldi. 

Contraltos est ultime album de la formation Orféo 55, qui marque les adieux de la formation, contrainte à baisser le rideau « faute de soutien et de subventions »

.
.

Extraits de l'entretien

Cet album, c’est deux ans de travail. Je voulais que ce soit un hommage à la voix de contralto, et qu’il apporte aussi un peu d’histoire. Je voulais aussi qu’il réunisse à la fois, des airs très connus comme le "Gelido in ogni vena" de Vivaldi, dont j’ai découvert, contrairement à ce que je croyais, qu’il avait été écrit pour une voix de contralto, et des airs inédits, qui n’avaient jamais été enregistrés. J’ai dû faire des choix, il y avait une trentaine d’airs, j’ai dû en sélectionner une quinzaine, et j’ai essayé de garder les meilleurs, les plus variés, afin d’éviter l’ennui que peut être un récital. C’est très important pour moi de construire quelque chose qui soit vivant, pour éviter la routine d’un enchaînement d’airs qui n’aurait pas de sens. Nathalie Stutzmann

Quand on chante et quand on dirige, il faut dégager une énergie énorme. S’occuper de sa propre énergie en tant que chanteur, c’est déjà beaucoup, mais quand il faut en plus injecter l’énergie au groupe pendant six ou sept heures par jour, cela demande un déploiement de force incroyable, et souvent, les gens ne se rendent pas compte de ce que cela représente. Nathalie Stutzmann

La musique baroque est une musique très facile d’accès dans sa construction, ce qui permet à beaucoup de gens qui n’ont pas eu accès à la musique classique très jeunes, d’accéder à un univers qui peut leur paraître parfois un peu obscur de l’extérieur. Je connais beaucoup de gens qui ont découvert la joie de venir écouter de la musique classique grâce au baroque, parce qu’il y a des mélodies assez faciles à retenir, le rythme y est très entraînant, et c’est très accrocheur pour un public qui n’est pas forcément éduqué à l’écoute d’un répertoire plus complexe. Le baroque est une bonne porte d’entrée à la musique classique. Nathalie Stutzmann

Archives

Marie-Nicole Lemieux, émission "Les grands entretiens", France Musique, 2018

Daniele Gatti, émission "Hors champs", France Culture, 2016

Références musicales

Nicola  Porpora, Semiramide Riconosciuta, Tradita, Sprezzata

Haendel, Rinaldo, mio cor, che mi sai dir 

Vivaldi, Incoronazione di Dario

Giovanni Bononcini, Griselda, Acte II

Prise de son

Nacer Moussaoui

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......