LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait de Silvia Costa

Silvia Costa : "J'ai trouvé un espace de création dans la répétition que Beckett avait imaginée"

42 min
À retrouver dans l'émission

Le diptyque de Silvia Costa composé de "Comédie" de Samuel Beckett suivi de "Wry smile dry sob" articule la représentation d'un drame initial et de sa réinterprétation dans une installation musicale, visuelle et chorégraphique. Nous recevons ce soir la metteuse en scène pour parler de cette pièce.

Portrait de Silvia Costa
Portrait de Silvia Costa Crédits : Simon Gosselin

Tour à tour auteure, metteure en scène, interprète ou scénographe, Silvia Costa propose un théâtre visuel et poétique, nourri d’un travail autour de l’image.

Son dernier spectacle est la mise en scène de Comédie de Samuel Beckett. Dans ce huis clos où tout se répète, les trois protagonistes, morts, ruminent leur vision du trio amoureux qui les a unis. Dans une première partie, les comédiens bloqués dans une boucle temporelle, relate leur histoire depuis une seule perspective, sans interaction avec les autres, et nous offrent l’occasion de méditer sur la solitude à laquelle elle les condamne.
Dans la deuxième partie Wry smile dry sob, trois danseuses prennent possession de l’espace comme autant de projections de leurs subconscients. Elles évoluent d’une façon plus organique dans un dispositif chorégraphique et sonore, conçu en collaboration avec Nicola Ratti.

Le spectacle est programmé du 7 au 4 décembre prochain au Centre Georges Pompidou à Paris dans le cadre du festival d'Automne puis en tournée en Belgique et à Anvers si les conditions sanitaires le permettent.

.
.

Extraits de l'entretien 

Beckett est un auteur que j'ai toujours lu et aimé. En acceptant de travailler sur cet auteur, je savais toutes les contraintes auxquelles j'allais être confrontée. Beckett n'est pas seulement un écrivain dramaturge, c'est aussi un metteur en scène. Il faut savoir que lorsqu'on met en scène son travail, il n'y a pas seulement des textes à adapter, il y a aussi des données très précises d'espace et de temps, par exemple des détails sur les noirs au plateau etc. Tout est noté. C'est un objet avec lequel il faut jouer. 

J'ai suivi mon instinct et j'ai eu l'impression que je pouvais ajouter quelque chose à Comédie. D'abord, le triangle amoureux était lié à la biographie de Beckett et j'ai senti ce rapport affectif dans l'écriture comme une matière à explorer. L'autre aspect qui m'a intéressée et qui m'a laissé l'espace de rentrer dedans c'est que cette pièce est pensé par l'auteur pour se jouer deux fois. 

Les questions qui tombent dans le vide sont la possibilité de pouvoir réitérer la même question. Le vide qu'on crée sert à renouveler les interrogations. Ce vide là n'est pas lié à un espace vide, il s'agit de trouver une esthétique du vide pour reposer les questions et qu'elles parviennent à arriver jusqu'aux spectateurs. C'est là que des réponses vont se produire. C'est un vide qu'on perçoit comme une projection, un concept auquel on aspire. C'est finalement la chose la plus difficile, créer le vide avec les choses, en s'adressant aux autres. 

Archives 

Anne Marie Albiach, émission "Les nuits magnétiques", France Culture, 1978.
Madeleine Renaud, émission "L'humeur vagabonde", France Inter, 2003.
Roméo Castellucci, émission "Les mercredis du théâtre", France Culture, 2011. 

Référence musicale

Oh Solitude, 2.406, Le Caravansérail And Bertrand Cuiller.

Prise de son

Clément Dattée

Intervenants
  • Metteure en scène, artiste plasticienne, comédienne
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......