LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Luc Delahaye

Luc Delahaye : "Quand je fais des photos, je n'ai aucune intention"

46 min
À retrouver dans l'émission

Nous recevons le photographe Luc Delahaye, à l’occasion de sa nouvelle exposition personnelle à la galerie Nathalie Obadia, à Paris.

Luc Delahaye
Luc Delahaye Crédits : Abraham Aronow

Le Village, est la quatrième exposition personnelle de Luc Delahaye à Paris. Le photographe y montre un ensemble constitué de tableaux photographiques de grandes dimensions et de séries en noir et blanc. Toutes les œuvres ont été réalisées lors d’un long séjour dans un village du nord du Sénégal, près du fleuve qui donne son nom au pays. 

Cette exposition est visible à la galerie Nathalie Obadia, jusqu’au 14 novembre 2020.

Exposition "Le village" de Luc Delahaye, Galerie Nathalie Obadia, 2020
Exposition "Le village" de Luc Delahaye, Galerie Nathalie Obadia, 2020 Crédits : Luc Delahaye/Galerie Nathalie Obadia

Extraits de l'entretien

Le titre de l’exposition a été déterminé par le projet. Je connaissais le village pour y être passé très brièvement trois ans plus tôt, et j’avais gardé un contact avec le directeur de la toute petite école de ce village.  En 2019, je lui ai écrit pour lui demander, s’il pensait que les habitants de ce village seraient d’accord pour que je m’installe parmi eux, pour y faire mon travail. Il m’a répondu que oui, de venir tout de suite, et je suis parti immédiatement. Ce village ne représentait rien en particulier, mais ce qui m’intéressait, c’était d’être dans un endroit circonscrit, limité dans l’espace, de manière à pouvoir m’approcher de petites choses, et leur donner la signification qu’elles méritent. Je n’avais pas une idée très précise de ce que j’allais faire, mais je savais que je voulais réaliser une sorte de chronique, par tous les moyens qui étaient à ma disposition, c’est-à-dire, le tableau et la composition, la mise en scène, mais aussi par une approche beaucoup plus documentaire de la photographie, et puis, pourquoi pas, par la vidéo, le recueil de paroles en vue de production d’un texte. Tout était possible, à ma disposition, et j’étais dans la place. Luc Delahaye

Je n’ai aucune intention quand je fais des photos. C’est difficile de dire comment les choses s’imposent, parce que c’est le cas : elles s’imposent. Les images finissent par s’imposer d’elles-mêmes, et les moins fortes disparaissent d’elles-mêmes également. Luc Delahaye

Exposition "Le village" de Luc Delahaye, Galerie Nathalie Obadia
Exposition "Le village" de Luc Delahaye, Galerie Nathalie Obadia Crédits : Luc Delahaye/ Galerie Nathalie Obadia

Je sais que bien souvent, mon inclination c’est le chemin escarpé et la porte étroite, j’ai une tendance à rechercher la difficulté et l’impossible. Aujourd’hui, j’ai un rapport très ambivalent avec les images que je fais. Ce n’est pas une relation de tout repos. En réalité, puisque je passe pas mal de mon temps, dans l’atelier, à travailler sur l’ordinateur, après les voyage, j’ai, la plupart du temps, un rapport de détestation avec ces images. D’abord, parce que je travaille dans la solitude que j’ai choisie, sans point d’appui, sans point de références, il arrive un moment, où je regarde l’images que je suis en train de faire, et je vois un monstre ridicule et grotesque. C’est vraiment désespérant, mais je n’ai pas le choix, alors je continue, en m’accrochant à l’idée que mon intuition de départ n’a pas pu me tromper.  Luc Delahaye

J’ai essayé, avec ces bouts d’images, de composer quelque chose qui fasse un ensemble, je pensais que chaque photo était un mot, ou un bout de phrase, et mon idée c’était de composer un poème en prose. Je crois qu’avec ces photographies, plus qu’avec celles que j’ai pu faire dans le passé, je me suis attaché à dépasser la réalité objective, apparente, matérielle, et j’ai été tiré, un peu malgré moi, mais avec mon consentement, vers une autre dimension, peut-être un peu plus spirituelle. Luc Delahaye

Archives

Aliou Ousmane, émission "Penda Sarr de Ngwalé : réalité et mythe", source internet

Raymond Depardon, émission "ACR", France Culture, 1980

Henri Cartier-Bresson, émission "Témoins de passage", France Inter, 2011

Références musicales 

Chamber Music (Ballake Sissoko et Vincent Segal), Future

Orchestra Baobab, Fouta Toro

Prise de son

Mickaël Simon

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......