LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Saison sèche" , mise en scène Phia Ménard

Phia Ménard : "Le théâtre est une grotte où l’on peut faire tout ce qu’on veut"

59 min
À retrouver dans l'émission

Pour la reprise de son spectacle « Saison Sèche » à la MC93 puis en tournée dans toute la France. Dans cet entretien, la metteuse en scène nous parle de la nécessité de se réapproprier son corps, de lutter contre le patriarcat, mais aussi de l'importance pour l'artiste de créer des espaces d'utopie.

"Saison sèche" , mise en scène Phia Ménard
"Saison sèche" , mise en scène Phia Ménard Crédits : @Jean-Luc Beaujault

Dans ce spectacle créé au Festival d’Avignon le 17 juillet 2018, Phia Ménard entremêle la danse, les arts plastiques, le théâtre et le cinéma anthropologique. Dans un décor architecturé et changeant, métaphore architecturale du système patriarcal, 7 femmes combattent les normes et luttent pour une identité libre.

 "Saison sèche" , mise en scène Phia Ménard
"Saison sèche" , mise en scène Phia Ménard Crédits : @Jean-Luc Beaujault

L’inconfort dans lequel on veut nous maintenir c’est ça la soumission, c’est faire croire qu’on a transformé, qu’on a offert quelque chose. La soumission c’est aussi que, pour condamner une seule personne, on préfère condamner une société.

Quand j’écris "Saison sèche", je me dis : si nous, artistes, on faisait un rituel pour faire tomber le patriarcat .

Il faut essayer de faire vivre quelque chose aux spectateurs, leur raconter des combats, et c’est une belle utopie. J’aime créer des espaces de l’utopie et du combat. 

L’artiste est là pour témoigner de ce qu’il voit du monde. C’est quelqu’un qui passe son temps à essayer de s’extraire de ce que la société lui demande de porter.

J’offre mon corps au spectateur pour qu’il puisse vivre quelque chose qu’il n’oserait pas vivre de lui-même.

Dans le dialogue des femmes, il y a sans arrêt cette expérience de l’intime, de la justification de sa présence, de son corps, de son quotidien et à cet endroit-là, il y a le féminisme. Je ne sais pas comment on fait pour ne pas être féministe.

Extrait

Les Maîtres fous, film de Jean Rouch (1956) 

Archive

Latifa Laâbissi, émission « LSD, la série documentaire », France Culture, 2018

Références musicales

M. Ward, Let's dance

Canada : chants et jeux des Inuits (Unesco collection)

Super Lovers, Tribute To Andy Warhol

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......