LE DIRECT
Attérissage, Sheila Hicks (2014)

Sheila Hicks : "Avec une base solide, on peut aller d'une cabane à un gratte-ciel"

58 min
À retrouver dans l'émission

L’artiste plasticienne américaine qui produit depuis la fin des années 1950, une œuvre inclassable autour de la laine, du lin ou du coton, fait l’objet d’une exposition, "Lignes de vie", au Centre Pompidou, du 7 février au 30 avril, rassemblant des pièces qui parcourent l’ensemble de sa carrière.

Attérissage, Sheila Hicks (2014)
Attérissage, Sheila Hicks (2014) Crédits : ADAGP, Paris

Devant n'importe quel paysage, n'importe quel fenêtre d'immeuble, il suffit de plisser les yeux pour que cette vision devienne tableau, motif de tissage, élément d'une carte. Tout ayant à voir avec l'espace et l'idée de faire tenir ensemble de la matière. Le chemin inverse vaut aussi quand nous croyons voir se dessiner à l'intérieur d'un motif abstrait, l'aspect d'un rideau de fer ou la forme monumentale d'une porte. Ce sont des chemins de vue gardés plus ou moins secrets, des fils de vie, qui ont imprimé dans ses yeux, un jour, le visage d'un adolescent semblant tisser la laine, à partir même de l'agneau qu'il portait dans ses bras. Voila presque soixante ans que Sheila Hicks travaille différentes matières pour ce qu'elles sont en propre ou pour les vibrations de couleurs qu'elles dégagent. Un vaste aperçu de son oeuvre, non chronologique, est visible en ce moment, au centre Pompidou à Paris.

Ce qui m'intéresse, c'est le présent et l'avenir très proche. Et faire cette exposition au Centre Pompidou, et les questions nouvelles. 

Deux petits garçons sont venus l'autre jour, ont regardé cette oeuvre qui s'appelle _Le Menhir. D_eux frères, de huit, neuf ans... "Comment ça tient"? On peut toucher? Je leur ai répondu : Oui, vous pouvez toucher".  Comment ça tenait, ils ont trouvé le secret.

J'aime devenir spectateur, sortir de l'atelier, mettre les mains dans les poches, observer, réfléchir avec les yeux. Je m'assois, j'ai demandé des banquettes. Il n'y a pas de banquette à Pompidou. Le designer qui a composé mon exposition en a composé. Que font les gens dans une exposition ? Ils veulent s'asseoir.

Ce n'est pas de l'art figuratif, ça ne représente rien. Pour vous, une émotion.  J'ai envie que ça ne rappelle pas une référence, mais une émotion.

Programmation musicale :

  • Générique de fin, Dick Annergan, Geranium

"Lignes de vie". Site du Centre Pompidou

Sheila Hicks
Sheila Hicks Crédits : Cristobal Zanartu
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......