LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Romain, Marie, Karl, Satyam

"La répartie, c'est la survie", l'improvisation aussi !

58 min
À retrouver dans l'émission

Nous avions prévu de recevoir le peintre, dessinateur, illustrateur,Tomi Ungerer ; un contretemps de dernière minute l'a empêché de venir nous rejoindre. Nous maintenons l'émission autour de sa présence absente, avec Karl et Satyam, deux lycéens de Première S et ES, venus pour s'entretenir avec lui.

Romain, Marie, Karl, Satyam
Romain, Marie, Karl, Satyam Crédits : Corinne Amar

*Dans le cadre de la semaine de la presse à l’école, sur France-Culture, avec nous ce soir : Karl Pasquet et Satyam Ahire.

Pour les trajets de voiture ennuyeux et longs, pour les fins de randonnées, pour les débuts de veillées au coin du feu, pour se rapprocher aussi, il existe un jeu qui s'appelle Ni oui Ni non. Nous en rappelons les règles à celles et ceux qui les ignorent ; les joueurs s'adressent toutes sortes de questions et n’ont pour seule règle que de devoir absolument éviter de répondre par oui ou par non. Non seulement, cela laisse tout ouvert, mais oblige les uns et les autres à déployer un certain art de la répartie. Or la répartie, c’est la survie, dit souvent Tomi Ungerer, que nous invitions pour ce recueil, « Ni oui ni non » (publié aux éditions de l'Ecole des Loisirs), qui regroupe ses réponses à 100 questions philosophiques d’enfants. Il retourne les questions comme des chaussettes, mais toujours, il répond. Autour de la figure présente absente de Tomi Ungerer, Karl et Satyam s'entretiennent avec Marie et Romain, de l'école, de leurs lectures, de leur créativité, de leurs goûts ...

Satyam. Quand j'étais petit, je ne me posais pas trop de questions, je restais dans mon coin. Ces jeunes enfants qu'on écoute ont une manière très originale de poser des questions. Je posais des questions plus idiotes, moi, comme "Pourquoi le ciel est bleu", à mes parents ou à mes professeurs, qui ne me répondaient pas ou me répondaient très vite.

Karl. Quand je me lisais des histoires, je les lisais vite, quand mes parents me lisaient des histoires, le ton, je trouvais ça cool, cool... 

Satyam. Avoir peur nous provoque des sentiments, moi je suis toujours un enfant dans ma tête. Parmi les histoires qui m'intéressent, je lis des manga en ce moment. C'est fabuleux de voir que les mangaka expriment ce qu'ils veulent. Et il y a aussi une morale à retenir, et des choses à apprendre.

Programmation musicale:

  • Serge Gainsbourg, Grand méchant vous
  • Générique de fin, Carlos Jobim, Aguas de março

Bibliographie

Ni oui ni non

Ni oui ni nonTomi UngererL"Ecole des Loisirs, 2018

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......