LE DIRECT
Vincent Almendros

Vincent Almendros : "J'ai le sentiment en écrivant de jouer"

59 min
À retrouver dans l'émission

Le romancier publie un troisième roman, "Faire mouche", aux éditions de Minuit ; une histoire de famille, de couple, d'usurpation d'identité, de mensonges et de secrets... Où il est question d’un retour anxieux au village natal, d’un mariage prévu et d’une disparition pour le moins mystérieuse…

Vincent Almendros
Vincent Almendros Crédits : Arnaud Meyer/Leextra/Editions de Minuit

"A défaut de pouvoir se détériorer, mes rapports s'étaient considérablement suspendus avec ma famille. Or cet été-là, ma cousine se mariait. J'allais donc revenir à Saint-Fourneau. Et les revoir. Tous. Enfin ceux qui restaient. Mais soyons honnête, le problème n'était pas là." C'est la quatrième de couverture du roman, et l'on pourrait jouer à un jeu. Déplier chacun des mots, regarder comme celui-ci a été choisi et certainement pas un autre, dire sur quelle piste, bonne ou fausse il nous a lancés. On pourrait jouer au jeu de relire quatre fois ce même paragraphe et s'étonner de n'être pas arrêté par le même indice à chaque fois. Voilà, on pourrait dire que toute ludique que soient la lecture et l'écriture, elles n'en dissimulent pas moins de sourdes angoisses. Au cœur de la Fête du Livre de Bron, pour une deuxième émission. Vincent Almendros est notre invité.

"J'avais été, jusque-là, un homme sans histoire." La première phrase a toujours un statut un peu particulier. C'est à la fois la phrase dite par le narrateur, et c'est aussi un peu l'auteur qui la dit. J'ai le sentiment que c'est déjà presque une piste de lecture que je donne au lecteur : je lui demande d'avoir conscience que ce livre reste "un livre", et j'ai conscience en tant qu'auteur de ne pas être un homme qui écrit une histoire avec des rebondissements.

J'essaie d'être attentif, un roman est aussi une histoire, c'est vrai que par mes lectures passées, par mes goûts littéraires, j'avais plutôt tendance à penser qu'un livre est plutôt l'histoire d'une écriture que l'écriture d'une histoire, mais j'essaie aussi d'évoluer là-dessus. On peut créer du narratif autrement que par des rebondissements. 

J'ai le sentiment en écrivant de jouer : je joue avec le lecteur, je me joue un peu du lecteur, parfois. Oui, il y a une part ludique assez forte.

Programmation musicale :

  • Fred Frith,  Eleventh hour
  • György Ligetti, Atmosphère 
  • Dick Annegarn, Mireille 
  • Générique de fin, Bertrand Belin, Hypernuit 

Site des Editions de Minuit

Bibliographie

Faire mouche

Faire moucheVincent AlmendrosEditions de Minuit, 2018

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......