LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Yaron Herman trio: Ziv Ravitz, Yaron Herman et Sam Minaie

Yaron Herman : "Les acquis c'est comme les plantes, si on arrête de les arroser, elles meurent"

59 min
À retrouver dans l'émission

Pour la sortie de son nouvel album « Songs of the degrees » chez Blue Note, le jazzman nous conduit avec humour sur des chemins éclectiques allant des mathématiques à l'herméneutique, du discours musical à la mélodie narrative et et nous livre sa quête de l’élévation par la recherche .

Yaron Herman trio: Ziv Ravitz, Yaron Herman et Sam Minaie
Yaron Herman trio: Ziv Ravitz, Yaron Herman et Sam Minaie Crédits : @Hamza Djenatj

Dans cet album, le pianiste revient au trio, en compagnie de son plus fidèle lieutenant Ziv Ravitz à la batterie et du contrebassiste Sam Minaie. Il s’agit d’un retour aux racines, jazz en trio sans garde-fou qui mêle mélodies imparables et transe organique.

.
.

Quand il s’agit des émotions, je préfère me taire et laisser la musique parler. Les émotions étant des choses plutôt abstraites, mettre des mots dessus c’est forcément les subjectiviser. Il faut dépasser ce mécanisme  suranalytique qu’on adore tant. La musique a cette capacité de toucher directement le cœur et le corps.

Les mathématiques sont un peu le langage qui régit l’univers. De manière générale, si on souhaite être créatif au-delà de ce qui est déjà commun, il faut connaître les autres possibilités, et les mathématiques sont l’outil de l’infini, un outil de créativité absolument unique, qui permet de poser plus de questions sans chercher à avoir plus de réponses. J’ai commencé la musique assez tard, à 16 ans, alors il a fallu que je comprenne comment ça marche très vite, afin de pouvoir développer ma propre méthodologie de travail, sans cela je n’aurais jamais pu rattraper mon retard. Toute ma manière de penser aujourd’hui découle de cette manière de travailler, qui consiste à une méthodologie très organisée, très analytique et très systémique de la pensée musicale.

Si je savais ce que je cherche, je risquerais de le trouver et du coup ça ne serait pas « fun ». C’est dans l’herméneutique que la solution se trouve : le jour où l’on trouve ce que l’on cherche qu’est-ce qui se passe après ? Il faut chercher autre chose. Pour rester créatif, il faut toujours chercher, et on s’élève en cherchant : en travaillant la matière, en revisitant en permanence.

Dans ma façon de concevoir un discours musical, j’aime bien qu’on raconte quelque chose. La mélodie est une façon de créer une narration, de raconter une histoire qui évolue, qui a des graduations, différents niveaux de lumière et de rythme. La mélodie n’est jamais vraiment dissociée de l’harmonie ou du rythme, et à partir du moment où on commence à la mettre en forme, à mettre de l’ordre dans le chaos, elle devient perceptible et compréhensible à l’oreille humaine.

Archives

Iannis Xenakis, émission « La tribune de la musique vivante », RTF, 1963

Michel Portal, émission « Hors champs », France Culture, 2015

Dominique Fourcade, émission « Le bon plaisir », France Culture, 1993

Références musicales extraites de l’album “Songs of degrees” du Yaron Herman Trio

Our love

Songs of degrees

From the sun

Upside down

Information complémentaire

Site officiel de Yaron Herman

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......