LE DIRECT
Vue sur ville

Pulidalatita ou les paradoxes de l’esthétique

3 min
À retrouver dans l'émission

De chaque côté d'un fleuve, deux villes qui se ressemblent, où l'on paraît vivre au même rythme. Pourtant, tout oppose Pulida et Latita, comme nous le raconte Hervé Le Tellier dans ce nouveau voyage.

Vue sur ville
Vue sur ville Crédits : A-Digit - Getty

Après une semaine de malle-poste et trois jours de chameaux, nous voici enfin en vue de la cité de Pulidalatita.

Tout comme Budapest est l’alliance de Buda et de Pest, Pulidalatita est le mariage de deux villes, Pulida et Latita, que relie un unique et monumental pont, fait d’une seule arche de pierre. Pulida s’adosse aux escarpements de la colline, Latita s’étend sur la rive ouest d’un fleuve sans surprise. Au couchant, le soleil empourpre encore les façades de chaux de Pulida quand l’ombre et la fraîcheur envahissent déjà les dômes et les coupoles de Latita.

Les deux villes cousines sont d’un égal attrait, les ruelles en pente de Pulida n’ont pas moins de charme que les étroits canaux de Latita, et les guinguettes joyeuses sur les bords de ces derniers n’ont rien à envier aux cafés bruyants des belvédères de Pulida. La rivalité amicale de leurs universités est proverbiale, et leur économie solidaire, car elles sont régies par un Grand Conseil commun, qui veille à maintenir entre elles un équilibre fraternel.

Pourtant, tout oppose Pulida et Latita. Car, depuis nul ne sait quand, Pulida est la ville des Beaux, et Latita la ville des Laids. À leur puberté, les jeunes gens des deux sexes de chaque ville sont confrontés à un jury, dont les membres sont tirés au hasard dans la population des deux cités. Ce tribunal souverain décide une fois pour toutes s’ils sont beaux, ou s’ils sont laids. Il n’y a pas d’entre-deux, et la loi veut qu’ils soient le même nombre à être qualifiés de beaux qu’à se voir désignés comme laids. Les Beaux deviennent alors à jamais citoyens officiels de Pulida, et les Laids citoyens de Latita.

Nul ne contraint quiconque à vivre dans sa nouvelle ville. Le laid peut élire domicile au milieu des beaux, à Pulida, le beau peut s’installer à Latita parmi les laids. Les raisons de ces choix sont secrètes, intimes et ne se discutent pas. De même, un beau peut épouser une laide latitienne, une belle pulidienne peut s’unir à un laid, car l’on sait d’expérience à Pulida comme à Latita que l’amour n’y voit goutte, et que la beauté pas plus que la laideur ne se peuvent hériter.

Si bien que les premiers jours, nous qui ignorions tout de la coutume avons traversé plusieurs fois le gigantesque pont qui relie les deux villes sans remarquer la moindre différence entre leurs habitants.

Chroniques

8H51
6 min

Le Coup de fil culturel

Keren Ann, chanteuse et compositrice
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......