LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
le centre-ville

Zevenia ou la question de la réflexion

2 min
À retrouver dans l'émission

Une ville et son double : effet miroir et rapport complexe entre le modèle et sa copie, c'est ce que nous raconte aujourd'hui Hervé Le Tellier à propos de Zevenia et Avezenï.

le centre-ville
le centre-ville Crédits : filo - Getty

Nous voici enfin parvenus à l’aube, après une chaude nuit en diligence, dans l’extraordinaire cité de Zevenia. Avec ses palais à coupoles d’ambre, ses ponts décorés, ses canaux qui reflètent les façades sculptées, ses campaniles élancés qui défient le ciel, ses alignements de colonnades, Zevenia est depuis toujours une ville rêvée, la ville des colombes, de l’amour et des chats. 

On se souvient qu’Em Rand, ce tâcheron d’architecte de la ville concurrente d’Avezenï, arpentant la cité avec ses apprentis, mesura chaque édifice de Zevenia, patiemment, laborieusement. Il se raconte même qu’il alla jusqu’à calibrer chaque pavé de chaque ruelle. Sans gloire ni talent, ce piètre copiste fit ainsi peu à peu d’Avezenï l’exacte réplique de la Reine des Villes, sans jamais pourtant parvenir à l’égaler. Le proverbe ne dit-il pas : « Voir Zevenia et mourir » ? 

Hélas, voici plusieurs siècles, un terrible cataclysme frappa la cité. Trois jours durant, la terre trembla, et la colère des dieux réduisit Zevenia la Splendide à un monceau de ruines fumantes. On se remémora alors Em Rand le pitoyable et Avezenï la jalouse. Et, afin de reconstruire leur cité à l’identique, les habitants de Zevenia durent se résoudre à suivre fidèlement les plans qu’il avait réalisés pour édifier sa propre ville. Ainsi fut reconstruite, pierre après pierre, rue après rue, palais après palais, Zevania la Belle, Zevenia la magnifique. 

On avait craint un instant qu’Em Rand, ce maçon sans envergure, n’ait ajouté ici une gargouille inélégante, là une frise inutile ou une corniche superflue. Il n’en était rien. Il semblait que l’éventualité d’une variante, fût-elle infime, ne l’eût jamais effleuré. 

Et pourtant, alors que nous buvions un moka au Lorifani, tout à notre admiration devant les proportions si parfaites de la fontaine Tamoni, devant les fresques éblouissantes du Mur des Sanglots, un trouble nous a saisis, et le doute ne nous a plus lâchés.

Se pourrait-il qu’après tout Zevenia la magique ne soit aujourd’hui rien d’autre que la copie d’Avezenï l’imitatrice ?

Chroniques
8H51
4 min
Carnet de philo
On m'a dit : "Ca arrive !"
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......