LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Apprivoiser. Non

59 min
À retrouver dans l'émission

Première étape d'une nouvelle semaine placée sous le signe de l'animalité. La chorégraphe Mylène Benoit est notre invitée, nous évoquerons avec elle les [3 soli ](http://www.contour-progressif.net/) qu’elle présente demain soir au festival [Vivat la danse! ](http://www.levivat.net/)à Armentières (59), dont l'un est titré « Le renard ne s’apprivoise pas ».

Mylène Benoit
Mylène Benoit Crédits : baert

Première étape de cette semaine toute entière animale. Avant de dire animal, disons vivant. Souvent pour désigner la danse, le théâtre, le cirque, la performance, nous parlons de spectacle vivant. Il me semble que le terme se justifie d’autant plus que ce que l’on voit sur scène témoigne d’une pensée, vivante par essence, pleine, singulière, et mieux encore, lorsqu’il laisse un espace suffisant, pour appeler la pensée d’autrui. Accueillir, déclencher, inviter sans diriger la pensée de celui qui regarde. C’est ce que l’on sent devant les trois propositions de la chorégraphe Mylène Benoit, demain dans le cadre du festivalVivat la danse! à Armentières (59), et que l’on peut lire à la faveur du titre du solo du milieu « Le Renard ne s’apprivoise pas ». Il semble que rien ne soit apprivoisé dans ces trois soli de danseur. Sans trace de combat, ce dernier est pourtant là, visant à une libération non sans humour, de la tentative d’effacement, de simplification. A plusieurs reprises, les danseurs cherchent les confins du plateau, le point aveugle. LA limite. A plusieurs reprises, ils témoignent d’une endurance à habiter le moment et l’espace avec ce qu’ils sont et non avec ce que l’on voudrait qu’ils soient. Ce sont deux heures de spectacle, qui déroulent littéralement le tapis aux danseurs et renforcent l’idée selon laquelle, la création et l’interprète se tiennent à cet endroit où la libre expression, issue du laboratoire, rencontre les bornes de l’espace où le spectacle se montre, mais en rien, ne s’y laisse réduire.

Le renard ne s'apprivoise pas
Le renard ne s'apprivoise pas

Notre invitée, Mylène Benoit , est chorégraphe, artiste plasticienne. Ses [3 soli ](http://www.contour-progressif.net/)sont à voir demain soir au festival [Vivat la danse ](http://www.levivat.net/)à Armentières.
Mais pour commencer cette émission, ouvrons les portes d’une nouvelle bibliothèque, celle de la comédienne Julie Gayet. Elle décide de de nous lire par un extrait d’un premier roman, Zenith Hotel d’Oscar Coop Phane. On écoute.

L’image Polaroïd du jour voudrait, une fois n’est pas coutume, se soustraire au son.

Vers 16h50, dans le Poème du jour , nous puisons dans le recueil Poèmes humains du péruvien Cesar Vallejo.

Programmation musicale

Bryan Ferry, Can't let go

Tropical Popsicle, Tethers

Ivor Cutler, I worn my elbows down (int: Nina Santes)

Ivor Cutler & Linda Hirst, Women of the World”

Wonder
Wonder

> 3 soli sera présenté au festival Vivat la Danse! à Armentières mardi 29 janvier vendredi 8 février 2013 au Théâtre de l’Agora à Evry mardi 9 avril 2013 au Manège de Reims mercredi 12 juin 2013 à la MC2 à Grenoble...

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......