LE DIRECT

Au creux des nids que l'hiver...

59 min
À retrouver dans l'émission

Cécile Oumhani
Cécile Oumhani Crédits : baert

Sur un plateau, le printemps et le temps d’une enfance que l’on cherche cette fois au creux des nids, que l’hiver accroche haut dans les arbres. Heureux ce hasard qui nous fait commencer cette semaine poétique par deux femmes. Car après Marylin Hacker, hier, c’est une autre façon de se tenir dans la féminité, que porte l’auteur que nous accueillons aujourd’hui. De l’entre deux rives, elle a fait la force d’un endroit. Le lieu que l’on redessine avec l’écriture. Les mots servant à tracer ce qui aurait pu échapper avant, sous nos pieds, à nos langues, à nos bouches parlantes. Penser la Méditerranée comme le prolongement de l’Europe, oblige certainement à écrire de plus près, lorsque les révolutions tunisiennes ou égyptiennes défient l’imaginable. Oblige certainement, à accoster avec elle, sur les rives de l’inespéré. Cécile Oumhani est romancière, poétesse, maitre de conférences à Paris XII, elle publie dernièrement Cités d’oiseaux aux éditions de la Lune bleue, elle est notre invitée cet après-midi.

Le Polaroïd s’inventera sur la pellicule, shampoing sur la tête, et clope au bec. En fin de course, la voix, le fil, de notre printemps des poètes : Maelys Ricordeau, qui lira un texte de Vénus Khoury-Ghata . Pour commencer, à 16h02, revenons à notre petit déballage de rayons. En réécoutant Judith Magre avant de la confier à vos oreilles, nous nous disions "en voilà une sacrée conteuse!"… En voilà une voix que l’on écoute derrière le poste, qui a fait confiance au théâtre pour raconter des histoires, pour se raconter elle même, pour déjouer le regard malveillant qu’elle pouvait porter sur elle. Pas de vocation. Elle dit qu’elle n’était pas de celles faites pour ça, pas de celles qui sont suffisamment belles. Le théâtre aujourd’hui la dément. Petit traité à l’usage des jeunes ninjas devant leur glace. Judith Magre déballe sa bibliothèque , L’acteur invisible de Yoshi Oida.

Programmation musicale: Haidouth Orkestar, Kalenine debinde Yann Tiersen & The Divine Comedy, Life on Mars Jorge Crespo-Gomez, Nortena George Gershwin, Summertime interprété par la soprane Leontyne Price in "Porgy and Bess"
Cécile Oumhani , comme tous nos invités de la semaine, a été sollicitée par le Printemps des Poètes, pour écrire sur le thème de l'année, Enfance(s):

Temps d’enfance

Tu cherches ton enfance

au creux des nids que l’hiver

accroche haut dans les arbres

les oiseaux

fervents de rives et d’étoiles

y ont laissé

leurs songes en obole

avant l’errance du ciel

puis tu t’adresses au vent

replié dans sa masure

aux lisières de la nuit

il chasse les ronces

à grands coups de draps

devant l’âtre

où s’enflamment tes rêves

avec une brassée de feuillages

il t’offre un lit de brume

et une barque pour franchir le fleuve

l’enfance est là de l’autre côté

elle danse dans sa robe de neige

et dresse la table pour toi

l’invitée des abeilles

tu rejoins le passé

dans le marc séché

de son bol de faïence ébréchée

derrière la vitre fêlée

sans relâche la fenêtre tisse

sa toile de givre

chaque jour rattrapée

par l’aube moqueuse

le temps pour toi

d’apercevoir les lérots

encore endormis

enfouir le jour

sous leurs pelletées d’astres

rien n’a changé de place

ni le fauteuil en osier éclopé

où sommeillent trois chats tigrés

ni la table ronde qui boîte

sous sa jupe de toile cirée

seules les cartes

ignorent où se trouve ta maison

toi l’éternelle navigatrice

d’océans perdus

sous des horloges gelées

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......