LE DIRECT

Ceux que l'on sépare

59 min
À retrouver dans l'émission

Tu ne te fieras pas à la petite musique qui vient. Tout sera plus sec que la chanson. Tout sera plus sobre que la couleur annoncée. Le souvenir se détachera de la toile uniforme que constituent habituellement les années 80. Gauche au pouvoir. Justaucorps violets. Coiffures non homologuées, et gaité dans les enceintes. La vie n’est pas une chanson de Lio.

Deux parents divorcent. Le frère et la sœur, chacun propulsé dans un coin du couple qui a disparu. Dans ces cas-là, toute parole, toute larme, tout calin, pourra être retenu contre vous. Trois voix pour dire, simplement dire, ce qui sépare. Le père, la mère, la sœur. Et le frère attendra la fin pour écrire qu’il est déjà loin. Entre la lente descente solitaire d’une mère vers la maladie, et le père, à l’inévitable culpabilité, les enfants sont agent double pour de vrai, à l’âge où tout ne devrait être que jeu.

Que nos vies aient l’air d’un film parfait est le premier roman de Carole Fives , il est publié aux éditions du Passage.

Le lundi, c’est aussi une nouvelle bibliothèque dont nous entamons le déballage. Guy Marchand est venu jusqu’à nous, en studio, il y a quelques jours, pour partager cinq textes qui lui tiennent à cœur. Le premier est un extrait de Lettre à une inconnue de Stefan Zweig, une nouvelle que l'écrivain autrichien publiait en 1922, traduite pour la première fois en français en 1927.

L’image Polaroïd du jour est une nage très philosophique, une nage du matin.

Sur le plateau de la fin, entamons une nouvelle semaine poétique. Un hommage aux coteaux forestiers, aux friches et aux miracles. Ce sont les mots de Jean-Claude Pirotte et de son recueil Ajoie qui se glissent cette semaine dans les voix des comédiens de la Comédie Française.

Programmation musicale Enzo Enzo, Juste quelqu'un de bien Rodolphe Burger, Je nage Nouvelle Vague, Amoureux solitaires Nick Drake, Day is done

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......