LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Dormir égaux

1h
À retrouver dans l'émission

Nicolas Klotz
Nicolas Klotz Crédits : baert

C’est juste au-dessus du gouffre, ou peut-être déjà dedans, vu comme il fait sombre. S’il est un endroit où se loge ce film là, c’est au plus profond de nos têtes, là où ça brûle. Là où surnagent nos fantômes, nos démons, nos mauvais masques. Nos c'est-à-dire, les notres intimement, mais aussi ceux d’une société entière qui dit qu’il est interdit d’héberger un étranger en situation irrégulière. Et est-ce qu’elle peut, cette société-là qui filme au ralenti, décider pour nous qui doit être aimé ? Quand on dort, on dort. Cauchemar ou pas. Et quand on dort, on est égaux, les traits de nos visages se transforment, on est dans un état qui égalise… Low life , c’est l’état d’errance, quasi ensommeillé, juste avant l’insurrection (qui vient ou qui vient pas au fait ?).Le brouillage des images et leur multiplication empêche de voir. Quel meilleur détour alors que la fiction, que de faire entrer, même par effraction, l’imaginaire dans le réel ? Salutaire.L’histoire : Lyon. Aujourd’hui. Des jeunes gens vivent à beaucoup dans un appartement. Une nuit ils s’opposent à la police qui tente de faire évacuer un squat d’Africains. Parmi eux, Carmen, rencontre Hussain un jeune poète afghan, dont elle tombe amoureuse. Entre nécessité innommable de liberté, et claustration, on cherche qui surveille qui, y compris dans l’amour, puisqu’il est a sauvé. Lui aussi.

Nicolas Klotz a coréalisé - avec Elizabeth Perceval - le film Low Life sorti en salles le 4 avril.

L’image Polaroid aura les couleurs légèrement passées du petit matin. Le poème de la fin revient à Lubicz-Milosz.Mais pour commencer, à 16h02, le comédien, réalisateur et metteur en scène Eric Caravaca a choisi un fil conducteur pour réunir les textes qu’il lit cette semaine. Ce serait celui d’une certaine vision de l’humanité et de l’universel. Lui qui a porté sur scène le verbe universel de Beckett dans En attendant Godot voilà bientôt dix ans, propose de faire entendre la langue du journaliste et écrivain suédois Stieg Dagerman. Eric Caravaca déballe sa bibliothèque et nous fait partager un extrait de Le destin de l'homme se joue partout et tout le temps .

Programmation musicale Screamin' Jay Hawkins, I put a spell on you Benjamin Biolay, Nuit blanche Joy Division, Atmosphere

Low life
Low life
Low life 3
Low life 3
Low life
Low life
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......