LE DIRECT

Eh l’animal ! Tu m’écoutes quand je te parle ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Troisième escale de notre semaine placée sous le signe de l'animalité. Notre invitée Vinciane Despret , philosophe, interroge les dispositifs à partir desquels nous entrons en contact avec les animaux. Elle est l’auteure de Que diraient les animaux si… on leur posait les bonnes questions ? (La Découverte, Les Empêcheurs de penser en rond, 2012)

Vinciane Despret
Vinciane Despret Crédits : baert

Lundi la chorégraphe Mylène Benoit évoquait son rapport non apprivoisé aux interprètes, au public, à la danse. Hier, nous tentions de mettre des mots sur l’indicible lien qui unit le cavalier à son cheval dans les dressages les plus fins. Aujourd’hui nous poserons les bonnes questions aux animaux. Ou plutôt nous nous poserons à nous, les bonnes questions sur eux. Ou encore nous nous poserons à nous, les bonnes questions sur nous, profitant de ce que l’on peut apprendre d’eux. En fait, tout réside peut-être dans cette idée de poser la bonne question. De bien la poser. C'est-à-dire, j’imagine, à la façon dont on la met en œuvre par l’expérience et l’observation. Mais aussi de quels a priori on se déleste en la posant, et de quelle façon on envisage un monde, celui des animaux, sans trop le considérer étranger. Il y a de l’empathie certes dans ce fonctionnement, mais elle est technique, et l’effet de miroir qui existe dans l’analyse et l’observation des comportements animaux ne doit pas effacer l’idée que ces observations, si elles nous concernent, humains, renvoient d’abord à eux, animaux. L’analogie entre les hommes et les bêtes n’est pas une pratique neuve, elle ne cesse pourtant de démontrer son potentiel éclairant.

Notre invitée, Vinciane Despret , est philosophe des sciences et enseigne à l'université de Liège. Elle publiait l’an passé Que diraient les bêtes si...on leur posait les bonnes questions , aux éditions de La Découverte.

Mais commençons par le début. Chez nous, cela ressemble à une bibliothèque mentale, de laquelle chaque jour, on tirerait un livre. Cette semaine c'est la comédienne Julie Gayet qui déballe sa bibliothèque. Elle nous lit aujourd’hui un extrait du livre La nostalgie n'est plus ce qu'elle était de Simone Signoret.

L’image Polaroïd du jour, c’est d’abord une boîte blanche.

Enfin aux alentours de 16h50, pour le Poème du jour, nous écouterons un nouveau poème de Cesar Vallejo .

Programmation musicale

Miles Davis, Ascenceur pour l'échafaud

Jon Lamonica, Kids

Jean-Philippe Rameau, Le rappel des oiseaux (disque Suite en mi mineur , interprétation Jean-Pierre Ferey)

Intervenants
  • Philosophe, professeure de philosophie à l’université de Liège.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......