LE DIRECT

En libre jardinier

59 min
À retrouver dans l'émission

Troisième escale au cours de cette semaine toute entière dédiée au "chef d'oeuvre". Marco Martella est notre invité cet après-midi. Il est historien des jardins et fondateur de la revue Jardins . Nous nous demanderons avec lui ce qu'est un jardin "parfait", et si la nature est, ou non, un "chef d'oeuvre".

Marco Martella
Marco Martella Crédits : baert

Nous déplaçons aujourd'hui cette question du chef d’oeuvre, posée lundi dans le champ de la création littéraire, posée hier dans le champ de la création plastique et du marché de l’art, aux jardins. Et c’est avec Marco Martella que nous allons au jardin, cet après midi. Lundi nous l’explorions dans le champ de la création littéraire avec Charles Dantzig, et mettions en lumière le caractère éminemment singulier, intime devrions-nous dire, de ce que le chef d’oeuvre fait au lecteur. Hier, avec la sociologue Nathalie Heinich, nous posions la question de la proclamation, de la désignation, de la médiation des chefs d’œuvre dans le champ de l’art plastique et du marché de l’art. Aujourd’hui, filons au jardin ! Tombons les murs, et voyons comment notre thématique se déploie à l’air libre, dans les allées, dans les hautes herbes, avec ou sans la main appliquée de l’homme. La notion de chef d’œuvre est inséparable de l’idée d’immortalité et d’universalité. Comment de pareilles idées se conjuguent, ou résistent à la question du jardin ? Pour ce faire, nous vous avons invité un traducteur de philosophes, jardinier fictif, lui-même un peu philosophe et jardinier, poète de surcroit, ce qui n’enlève rien.

Notre invité Marco Martella , historien des jardins, dirige depuis 2010 la revue Jardins , qu'il a fondée aux éditions du Sandre. C'est aujourd'hui son deuxième passage à la table de Pas la peine de crier .

Ouvrons d'abord l'heure, comme chaque jour, par une lecture à voix haute. Le comédien Gregory Gadebois , à qui il revient cette semaine de déaballer sa bibliothèque, choisit aujourd'hui de lire un extrait de la première scène des Fleurs pour Algemnon , une nouvelle de Daniel Keyes.

Le Polaroïd du jour, je le confie à Brigitte et Léonore. L’image raconte un premier juillet.

Pour finir, nous irons au bois avec Francis Ponge . Le Poème du jour est toujours extrait Carnet du bois de pin , il nous sera lu par les comédiens de la Comédie Française.

Programmation musicale

Richard Desjardins, Les yankees (album Chansons du bord de zinc )

Léonore Boulanger, Une peinture (album Square Ouh la la )

Neil Young, Helpless

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......