LE DIRECT

Europe (1/5) : Un mythe et un nom

59 min
À retrouver dans l'émission

Première étape d’une semaine entièrement consacrée à l’Europe. Nous commençons par évoquer le mythe grec d’Europe avec Françoise Frontisi-Ducroux, helléniste, sous-directeur honoraire au Collège de France. Avec elle nous évoquons la déesse Europe, l’évolution de ses représentations et les raisons pour lesquelles on décida de nommer ainsi un espace.

Françoise Frontisi-Ducroux
Françoise Frontisi-Ducroux Crédits : Radio France

Première étape mythologique. Europe est une princesse. Tout dans l’éthymologie de son nom, son histoire, le motif de son enlèvement par Zeus métamorphosé en taureau blanc, a à faire avec le rivage. Celui qu’elle quitte, forcée, sur le dos de l’animal, ceux qui définissent les contours de la Grèce, mais aussi les rives des fleuves qui lui sont liés. Et enfin, ceux sur lesquels ses frères, en la cherchant, fondent des villes. Europe est une fille de l’eau, belle, aimante, la largesse de ses bras ouverts n’a d’égal que son accueil. Le poète Moschos de Syracuse, qui vécut au IIème siècle avant JC, établit explicitement le lien entre la princesse et un espace géographique. Si l’on discute aujourd’hui les frontières politiques et géographiques de l’espace européen, Moschos écrivait il y a donc plus de 2000 ans, que la terre d’Asie et la terre d’en face se disputait la jeune Europe, écartelée entre la terre qui disait l’avoir nourrie et enfantée, et l’autre étrangère qui disait tant désirer qu’elle lui appartienne.

Françoise Frontisi-Ducroux est hélleniste, sous-directeur honoraire au Collège de France. Elle est l’auteur entre autres de L'Homme Cerf et la femme Araignée , mythes de métamorphoses, Gallimard (2003) et de l'ABCédaire de la mythologie grecque et romain , Flammarion (2002).

L'enlèvement d'Europe par Titien (1559 - 1562)
L'enlèvement d'Europe par Titien (1559 - 1562)

Pour commencer l'émission, nous entrons dans une nouvelle bibliothèque ! C’est la comédienne Claude Dégliame qui déballe sa bibliothèque pour nous cette semaine. Elle commence par un texte de Jean Genet paru en 1958, Le secret de Rembrandt . On écoute Claude Dégliame ici.

Sur le Polaroïd du jour apparaissent des hommes-coqs.

Vers 16h50, nous écoutons les poèmes des béguines d’Hadewijch d'Anvers , mystique et poétesse flamande du XIIIe siècle.

Programmation musicale

  • Piero Ciampi, Il vino (dir. G. Marchetti)

  • Amen Dunes, Sixteen

  • Jacques Brel, Les toros

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......