LE DIRECT

Europe (4/5): L’onde européenne

59 min
À retrouver dans l'émission

**Quatrième variation autour du thème de l'Europe avec Virgil Tanase , auteur, traducteur, philosophe, metteur en scène né en Roumanie en 1945 et établi en France depuis 1977. Il a contribué au numéro de février 2014 de la NRF intitulée "Notre Europe (1914-2014)".
**(…) Si l’Europe n’est pas un plein, mais cette gestion non conflictuelle des identités diverses, alors cette Europe, la nôtre, l’Europe européenne n’est plus lieu mais un rayonnement. Elle n’a pas de frontières, fussent-elles labiles, et sa géographie se réduit à un point d’irradiation. L’Europe n’est pas un espace, mais une onde.
Virgil Tanase

Virgil Tanase
Virgil Tanase

La mythologie, jamais dénuée de malice, a ouvert notre semaine en mettant en scène une princesse curieuse et phénicienne, une aïeule tout aussi voyageuse, et un grand Dieu séducteur. L’histoire, elle, nous a montré, hier, que quelques villes européennes avaient connu, au moyen âge, de conséquentes animations grâce à ceux et celles qui quittaient leurs villes pour s’approcher du savoir, du diplôme, de la distinction sociale offerts par les universités. Aujourd’hui, on reprend la question à la racine, l’Europe qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que cela peut être ? Et qui sommes-nous si nous sommes européennes ? Question que Virgil Tanase juge embarrassante dans l'article « Le sentiment de l’Europe » qu'il signait dans le numéro que la Nouvelle Revue Française consacrait à L’Europe en février dernier ("Notre Europe 1914-2014" n°607). Virgil Tanase est auteur, biographe, metteur en scène, philosophe et traducteur.

L’idée européenne n’est pas un sentiment premier, comme le sentiment patriotique, comme celui de l’appartenance à un peuple, elle n’est pas originelle et instinctive, mais elle nait de la réflexion, elle n’est pas le produit d’une passion spontanée, mais le fruit lentement mûri d’une pensée élevée. Extrait de la conférence de Stefan Zweig « L’unification de l’Europe », 1934

Pour commencer, c’est la comédienne Claude Dégliame que l’on retrouve. Elle lit un extrait du texte qu’elle jouait tout récemment sous la direction de Jean Michel Rabeux,Au bord de Claudine Galéa , un texte qui part d’une photographie montrant une soldate et un prisonnier tenue en laisse. On l’écoute.

Sur le Polaroïd du jour apparaît un arbre.

Vers 16H52, on écoute un nouveau poème d’Hadewijch d’Anvers , poétesse et mystique du 13 ème siècle.

Programmation musicale

  • Antony and the Johnsons, "Hope there's someone"

  • Arthur H, Nicolas Repac, L'arbre (poème de Pierre Louys)

  • Les Marquises, The visitor

  • Judah Warsky, Bruxelles, capitale de l'Europe

  • Maria Tanase, Un tigan avea o casa

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......