LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Grands éclats pour petit écran

1h01
À retrouver dans l'émission

Deuxième jour consacré au rire et à ses éclats. Marie-France Chambat-Houillon, spécialiste de la télévision et analyste des médias, revient sur les rapports entre rire et télévision. Elle a notamment dirigé un numéro de la revue Humoresques , "Grand écran, petit écran. Comique télévisuel, comique filmique" (Editions de la Maison des sciences de l'homme/Corhum, 2008).

Marie-France Chambat-Houillon
Marie-France Chambat-Houillon Crédits : Baert

Hier nous évoquions, avec le philosophe Nicolas Go, deux rires. Des rires du début. Des rires de postures souples. Celui du philosophe et celui de l’enfant. Des rires qui expriment la joie appliquée à l’existence, à la connaissance, à l’apprentissage. Aujourd’hui, allumons la télévision, et voyons comme on y rit. On y rit ici, on y rit là. En fait, on y rit beaucoup et si l’on en croit ceux qui la regardent, la présence du rire connaîtrait la même courbe exponentielle que l’utilisation d’images ou de principes violents. Si l’on postule que le rire et l’humour supposent une forme de complicité entre l’humoriste et celui qui rit, une sorte de présence commune, alors la télé aurait, comme le suggère Oliver Mongin ou Jean-Marc Moura, une sorte d’incompatibilité, ou d’impossibilité de cohabitation entre le rire et le média. Ce qui est sûr, c’est qu’en emboîtant le pas d’un certain Serge Daney, des chercheurs, des journalistes, s’emploient à penser sérieusement l’espace télévisuel. On questionne le rire dans le petit écran. L’humour est-il compatible avec les tubes cathodiques ?

Notre invitée Marie-France Chambat-Houillon enseigne à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris III, au sein du département Arts et Médias. Elle travaille sur la Télévision, et a entre autres co-dirigé le numéro 28 de la revue Humoresques paru à l’automne 2008, consacré à l'humour télévisuel qui nous intéresse aujourd'jui.

Hier la comédienne Anne Brissier , qui déballe sa bibliothèque toute la semaine, lisait Dante; aujourd’hui c’est italien toujours, mais un peu plus tardif. Elle choisit un extrait du Chevalier inexistant d’Italo Calvino.

Le Polaroïd d’aujourd’hui est une sieste dans les prés, sans baldaquins.

En fin d’émission, le Poème du jour: les voix de la Comédie-Française se chargent de faire circuler la poésie de Georges Fourest .

Programmation musicale

Bernard Hermann, B.O de Vertigo (Sueurs froides ) d'Alfred Hitchcock

The Leisure Society, Our Hearts Burn Like Damp Matches

Frederic Nevchehirlian, Jacques Prévert, Il ne faut pas rire avec ces gens-là (voix: Frederic Nevchehirlian)

Pierre Barouh, Samba Saravah

Intervenants
  • Sémiologue de l'audiovisuel, spécialiste des médias, directrice du Centre des Images et Sons Médiatiques (CEISME)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......