LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Ils désignèrent la Joconde, mais qui?

58 min
À retrouver dans l'émission

Nathalie Heinich, sociologue, nous accompagne dans la deuxième étape de cette semaine consacrée à la notion de chef-d’œuvre. Nous discuterons avec elle du rôle des intermédiaires évaluateurs dans la désignation, « la proclamation » du chef-d’œuvre en art.

Nathalie Heinich
Nathalie Heinich Crédits : baert

Après avoir réfléchi avec Charles Dantzig à l’impossibilité de définir le chef d’œuvre en fonction de critères établis, après avoir dit qu’il s’agirait parfois de désigner par chef d’œuvre l’interaction qui a lieu entre le livre en l’occurrence et le lecteur, nous nous intéresserons à d’autres interactions, celles qui définissent, évaluent, les chefs d’œuvres sur le marché de l’art. Hier nous réalisions combien cette notion, en littérature tout du moins, s’affranchit du critère. Si le mot chef d’œuvre fait écran, et semble désigner un objet incontestable, consensuel, définitif, il apparaît en creusant, que tenter d’en donner une définition générique, soit contraire à l’idée-même du chef d’œuvre. Peut-être que ce que le mot désigne comme jouissance se trouve davantage dans le lien que, dans ce cas, le lecteur entretient avec le livre. Qu’en est-il concernant le marché de l’art, où le rapport entre l’œuvre et le public demande une médiation plus conséquente, où la valeur marchande est d’une bien autre mesure, et d’une bien autre importance que pour le livre? Quels sont ces fameux intermédiaires, qui proclament ce qui est art et ne l’est pas? D’où tiennent-ils ce pouvoir ? Comment est-il organisé et justifié ? De quelle sorte d’évaluation peut-on parler ?

Nathalie Heinich , notre invitée, est sociologue à partir de l’art, elle publie ces dernières années de nombreux articles et ouvrages autour de la figure de l’artiste. Elle est directrice de recherches au CNRS et co-fondatrice de la revue Sociologie de l'art .

Pour commencer, plongeons dans les rayons de la bibliothèque du comédien Gregory Gadebois . Aujourd'hui il déballe sa bibliothèque en en sortant une lettre que Gérard Depardieu écrit à son père.

L’image Polaroïd du jour se résume en deux points : si le guetteur guette la biche au lieu de guetter la police, la police attrape le poisson.

A 16h50, le plongeon s'effectue dans la matière poétique. Francis Ponge est lu par les voix de la Comédie-Française : le Poème du jour est un nouvel extrait du Carnet des bois de pins , il est toujours tiré du recueil La rage de l’expression .

Programmation musicale

Jacques Brel, Jojo

Liesa Van der aa, Intro the foam

Bach, Invention n°6 en Mi Maj BWV 777

Intervenants
  • Sociologue, directrice de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......