LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Je parie, tu paries, nous parions

58 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième étape de cette semaine toute entière consacrée à la chance, au hasard, à l’aléatoire, au coup de dés. Avec nous cet après-midi, Christophe Donner au sujet de son roman A quoi jouent les hommes (Grasset, 2012), une plongée au cœur du XIXème siècle, lorsque l’ancestrale passion du jeu s’empare des courses hippiques.

Christophe Donner
Christophe Donner Crédits : baert

Par hasard, là, au bord du fleuve, tu tombes sur une vieille édition du Roi des embêtants . C’est une histoire que l’on te racontait enfant. Alors enfant, tu le redeviens quelques minutes, le temps de te souvenir de ce grand père qui t’appelait Totof et qui t’avait manifestement transmis sa passion pour les courses de chevaux. Le roi des embêtants, c’est celui qui l’empêchait d’aligner le bon tiercé. Mais est-ce que les hommes jouent vraiment pour gagner ? De quoi l’adrénaline dépensée à parier sur tel ou tel cheval est-elle le nom ? A quoi les hommes jouent. C’est sans point d’interrogation pour l’instant. Car il s’agit aussi d’une histoire. Epopée aux personnages masculins pour les principaux, des entrepreneurs passionnés rivalisant d’audace, d’inventivité et de coups doubles. Joseph Oller, Felipe son oncle, François Blanc, Albert Chauvin, Pournin. Champs de courses et théâtre, pari mutuel et littérature. On croit qu’il est beaucoup question de chance, on guette celui dont la combine d’entre les combines promet la fortune et les femmes, mais peut-être que la règle d’or tient davantage dans un calme presque froid et surtout, surtout, dans la stabilité. La régularité à toute épreuve. Je paries, tu paries, nous parions mais pour l’heure on tait le nom du cheval.

Le dernier roman de notre invité Christophe Donner, A quoi jouent les hommes, a paru cet automne aux éditions Grasset.

Mais commencons par le début: nous avons débuté hier avec le comédien Georges Claisse le déballage de sa bibliothèque. Après les Mémoires de Saint Simon , ce sont quelques lignes du Capital de Karl Marx qu’il souhaite nous faire entendre aujourd'hui.

L’image Polaroid du jour, c’est un piano très cher.

A la fin vers 16h50, les voix de la Comédie Française s’emparent des poèmes de l’écrivain chilien Roberto Bolano dans Le Poème du jour.

Programmation musicale

Georges Brassens, Stances à un cambrioleur

The Apartments, Mr Somewhere

Ziad Rahbany, Un verre de chez nous , par Salma

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......