LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La campagne (2/5): Ce (fameux) retour à la terre

59 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième étape de notre semaine consacrée à la campagne. Pierre Cornu est notre invité, il est historien, spécialiste de la ruralité. A vec lui nous évoquerons examinerons l’épaisseur historique de l’expression « retour à la terre ». Avant d’être une lubie de citadins en soif d’authenticité et de mieux-vivre, cette expression a recouvert bien des aspects idéologiques, politiques et sociologiques.

Le salut par la terre de Jules Méline (1919)
Le salut par la terre de Jules Méline (1919)

Aujourd’hui nous nous intéressons au « retour à la terre », à l’épaisseur historique de cette expression, à son utilisation, aux enjeux tantôt économiques ou démographiques, tantôt idéologiques ou politiques. Tantôt les quatre. L’idée que l’agriculture et la campagne, la production alimentaire et la région rurale, soient irrémédiablement liées, est une idée récente nous dit le sociologue Henri Mendras. Quand tout ce qui n’est pas agricole a commencé à quitter la campagne, que la société paysanne en tant qu’ensemble social cohérent s’est délitée, on a confondu ruralité et agriculture. Cette confusion qui existe dans l’idée du « retour à la terre ». Quelque soit ce que désigne exactement l’expression, demeurent tenaces les valeurs accolées à la terre : l’authenticité, la vérité,l’idéalisation de la figure du paysan et le romantisme d’une possible renaissance. Aussi, nous irons pas à pas, depuis Jules Méline et son Retour à la terre de 1905, en passant par l’utilisation politique et idéologique du retour à la terre prôné par Vichy, jusqu’au néo-ruraux, citadins qui quittent la ville pour la campagne.

Notre invité, Pierre Cornu, est historien de la ruralité, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Blaise Pascal - Clermont 2, membre du Laboratoire d’études rurales. Il est l’auteur (avec Jean-Luc Mayaud) de Au nom de la terre. Agrarisme et agrariens, en France et en Europe, du 19e siècle à nos jours (Actes de colloque, La Boutique de l’histoire éditions).

Jamais la menace qui pèse sur l'homme et sur l'humain n'est aussi effroyablement directe, si immédiatement visible, que dans ces instants historiques où l'on voit sombrer non seulement une époque de la culture, mais aussi la forme de vie supraculturelle du paysan libre. C'est la raison pour laquelle, à chaque fois que le mode de vie paysan au sein d'un peuple, d'un État ou de quelque autre formation sociale semble radicalement menacé (…), cette situation est vécue comme une terrible catastrophe. Une profonde inquiétude, plus encore : une oppressante terreur métaphysique s'empare alors de la communauté et de l'individu il lui semble que s'approche un événement absolu incompréhensible, comme si le dernier rayon de lumière, la dernière lueur de sagesse s'échappait de son existence crépusculaire, l'abandonnant aux ténèbres absolues, à l'impénétrable obscurité de la nature animale.

Hermann BROCH, Théorie de la folie des masses [publication posthume], Éditions de l’Éclat, 2008, pp. 136 et suivantes.

Pierre Cornu
Pierre Cornu

Mais d'abord, c’est le comédien Olivier Saladin qui déballe sa bibliothèque cette semaine.Il choisit de nous lire un extrait du Premier homme d’Albert Camus.

Sur le Polaroïd du jour s’envolent des lucioles bleu fluo.

Vers 16h50, c’est dans Les Herbes Hautes que nous écoutons la poésie d’Hubert Voignier.

Programmation musicale:

  • Alexandre Tharaud joue Bach, Concertos italiens BWV 975 LARGO N°3

  • Braids, Victoria - Symphonie sur un chant montagnard français en Sol Maj op 25 : Animé - pour piano et orchestre de Vincent d'Indy par l'OS d'Islande

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......