LE DIRECT

Le début volant

58 min
À retrouver dans l'émission

Valère Novarina
Valère Novarina Crédits : baert

En 1971 est publié L’Atelier volant (P.O.L) qui est le premier geste, le troisième en fait, mais le premier public, le premier sang d’une œuvre qui en comptera un bon nombre. En 1974, la pièce en mise en scène par Jean Pierre Sarrazac et l’auteur gentiment viré des répétitions. De cela et du désir, de l’amour pour les comédiens, naîtra la Lettre aux acteurs , qui paraît, elle, en 1973(toujours chez P.O.L). Une injonction aux soleils respiratoires, à la dépense du corps. Le spectateur aveugle doit entendre croquer et déglutir, se demander ce que ça mange, là-bas, sur ce plateau. Bre, L’atelier volant , et la Lettre aux acteurs sont deux fondements. Furieux comme sont les bons débuts. Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Peut-être plus encore que l’actualité du propos de la pièce qui critique le système de surproduction, l’effacement de l’individu, l’oppression par le langage, et le théâtre lui même, il est toujours intriguant de rencontrer un auteur par son premier bout. Peut être est-ce cela plus encore que nous scrutons sur scène, dans la langue qui naît, ou renaît, ou re-renaît. Que lui veut-elle ?

Cette fois, c’est Valère Novarina qui signe la mise en scène de L’Atelier Volant , sa première pièce publiée (Théâtre du Rond-Point à Paris jusqu’au 6 octobre).

Pour débuter, écoutons la voix filaire et enfumée de Noémi Lvovsky. L’exercice de ce déballage de bibliothèque qui emprunte son idée et son nom à l’ouvrage de Walter Benjamin, nous le compliquons, puisque nous demandons aux comédiens et aux comédiennes de réduire leur liste à cinq textes. Cruel. Noémie Lvovsky a avoué qu’elle aurait très bien pu ne faire figurer que des poètes, voire que des poèmes de W.H Auden. Elle décide finalement de nous lire Le chant funèbre , qu’elle agrémente d’un petit supplément d’enfance. W-H Auden par Lvovsky.

Le Polaroïd du jour c’est l’image qui loge dans votre tête.

Sur le plateau de la fin, la poésie bégayante, tournoyante de Gherasim Luca , choisie par Laurence Courtois et dite par les sociétaires de la Comédie française.

Programmation musicale Barbara (BOF Peau d'ange), Une petite cantate puis la même chanson par les comédiens du film Camille redouble Quitter Kobe, Locataire Alexander Scriabin, Poème opus 32 (enregistrement de 1910, Chant du Monde)

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......