LE DIRECT

Le refus de "l'impôt du sang"

59 min
À retrouver dans l'émission

Quatrième moment de notre semaine "insoumission": l'historien Nicolas Offenstadt , spécialiste de la Grande Guerre est notre invité cet après-midi. Nous évoquerons ces soldats qui refusèrent l’impôt du sang, depuis la Première guerre mondiale jusqu’aux insoumis et objecteurs de conscience de la Guerre d’Algérie.

Nicolas Offenstadt
Nicolas Offenstadt Crédits : baert

Quatrième moment de cette semaine consacrée à l’insoumission . Lundi avec Jeanne Benameur, nous sondions les cœurs profanes et les insurrections singulières. Mardi, nous faisions se rencontrer le Bartleby de Melville repensé par le poète américain Andrew Zawacki, et les occupants de Wall Street filmés par Jean Thévenin. Hier, nous discutions de la désobéissance civile avec la philosophe Sandra Laugier. Aujourd’hui penchons nous sur ce mot. Insoumission. L’insoumis est militaire. Il refuse l’impôt du sang. Il se retire, ne va pas, ignore l’ordre, s’en détourne… De la première guerre mondiale, ses fraternisations, ses mutineries, ses embusqués, ses déserteurs, à ceux qui ont dit non à la Guerre d’Algérie par la voix du Manifeste des 121, nous nous penchons avec Nicolas Offenstadt sur ces hommes qui se sont, par leur refus individuel ou collectif, diversement justifiés, opposés à la guerre. Ils furent souvent minoritaires, évidemment, et au potentiel de nuisance minime. "L’insoumission a-t-elle racourci la guerre d’un seul jour?" se demande Paul Ricoeur en 1960 au su jet des réfractaires à la guerre d'Algérie qu'il ne voulait pour autant pas condamner. Ces gestes n’en ont pas moins marqué l’histoire.

Nicolas Offenstadt est historien, maître de conférences d'histoire du Moyen-Age et d'historiographie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. En 1999, il publiait Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999) (Odile Jacob, réed. 2009).

Pour commencer, comme chaque jour, un morceau de bibliothèque. Un acteur choisit cinq textes et en lit un extrait avant de le commenter. Cette semaine c’est Rufus que Cyril Baert a rencontré au mois de décembre.Il choisit de lire aujourd’hui un extrait de son propre spectacle: Le jour du ravi ...Un choix que nous laissons à chacun le soin d’apprécier.

L’image Polaroïd du jour c’est une orange qui devient rose.

Dans Le Poème du jour, vers 16h50, nous écoutons les mots de Victor Hugo dans les voix des Sociétaires de la Comédie Française. Les poèmes d’aujourd’hui trouvent leur source dans L’Art d’être grand père , paru en 1877.

Programmation musicale

Youssou N'Dour, Kirikou (chanson du film)

First aid kit , The Lion’s Roar

Jacques Debronckart, Mutins de 1917

Shaka Ponk, My name is stain

Intervenants
  • historien, maître de conférences à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......