LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Noces violentes

59 min
À retrouver dans l'émission

Philippe Routier
Philippe Routier Crédits : baert

Comment dire les chiffres froids qui disent qu’une femme sur dix est victime d’un conjoint violent? Qui disent que la culpabilité empêche souvent de porter plainte. Que la misère affective peut rendre violent. Qu’il n’y a pas de classe où cela soit plus vrai que pour une autre. Comment passer de cela qui effraie, à une histoire que l’on raconterait, qui ne trahirait rien des chiffres, ne les prononcerait qu’à peine, et mettrait en scène la mécanique diabolique de l’enfermement? Prenez une jeune femme, Khadija, un jeune homme, Virgile. Laissez, comme le petit Poucet, des cailloux blancs sur le chemin de votre intrigue et remontez parfois le chemin à rebours. Ne cessez jamais de dire que les choses finiront mal, et laissez au craquement du temps le seul soin de distiller l’espoir.

Noces de verre (Stock) est le quatrième roman de Philippe Routier , notre invité cet après-midi.

L’image sera celle répétée d’un visage répété. Joufflu et creusé en même temps. Polaroïd punk . Au milieu il n’y a pas d’été, pas de printemps, pas de noces en robe blanche. C’est du verre brisé . Un roman mécanique pour une tragédie. Quant auPoème du jour, nous entamons aujourd'hui une semaine Panorama sur la poésie anglaise contemporaine; ce lundi : David Gascoyne .

Enfin et pour commencer l'émission, Bruno Abraham-Kremer déballe sa bibliothèque, et pour toute la semaine à venir. A la radio, la fumée ne s’entend presque pas. Le cendrier rempli, non plus. Difficile aussi de faire entendre toujours le lieu où l’on se trouve surtout lorsque le lieu se dit par les fantômes. Avec nous dans la pièce, excusez du peu : Nicolas de Staël, quelque part, mais aussi Anais Nin et Henry Miller. On se serre sur le canapé car voilà que se pointent Emile Ajar et Romain Gary, main dans la main vieux compagnon. C’est ainsi que l’on pourrait décrire la relation qu’entretient note comédien-lecteur cette semaine avec l’auteur au double Goncourt. Un sacré compagnonnage. Cela fait plus d’un ans qu’il porte sur la scène du Théâtre du Petit Saint-Martin La Promesse de l’aube dans une adaptation qu’il signe. Il décide naturellement de nous en lire un extrait pour commencer.

Programmation musicale Bob Dylan, Blowing in the wind Socalled, Told me so Keren Ann, Not going anywhere

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......