LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Ô pour la surface

59 min
À retrouver dans l'émission

Nimrod
Nimrod Crédits : richeux

Sur un plateau, la fin de notre printemps, le début d’une poésie. Le poète Léopold Sédar Senghor est l’un des écrivains que notre invité fréquente le mieux. Alors ce serait cela aussi que d’écrire, fréquenter la plume des autres... ? En faire l’usage de son temps, et voir la langue naître de cet aller retour. Dans son dernier recueil de poèmes, c’est à la fois Babel qui penche, et Babylone. La sévère. Une ville d’oxyde de carbone et de boue, où le Messie ne vient que le dimanche, visite intermittente aux églises pentecôtistes. Où est le pays de celui qui écrit ? Il lui a fallu plusieurs tentatives pour écrire sur la guerre du Tchad, terre d’origine, car il fallait trouver l’interstice, la juste distance qui permet les mots. Nimrod est romancier, poète, essayiste, son dernier recueil Babel/Babylone est publié aux éditions Obsidiane et a obtenu le prix Marx Jacob.

L’image Polaroïd fait passer le mur, voiture buissonnière. Au milieu, le dernier poète de notre printemps, et à la fin, la voix de Notre printemps, Maelys Ricordeau, lit les mots de Georges Guillain.

Dans le salon de Judith Magre, si saison il y a, elle s’entend dans la voix. Une sorte de gouaille à peine contenue, qui s’accorde autant avec Racine qu’avec les petites histoires de chat. Une voix qui transmet, l’air de rien, comme on feuillette, le plaisir de piocher au hasard dans la bibliothèque constituée au fil des ans. « Je suis loin de les avoir tous lus » commençait par nous confier la comédienne, et il n’y avait que de la joie dans ce constat. Après la sieste des chats, il faut descendre les deux étages se rendre au théâtre. Saluer la caissière, saluer le patron, prendre du temps en loge, se faire une petite italienne, remettre le texte en bouche… C’est exactement ce qu’elle a fait après que nous soyons partis Judith Magre finit de déballer sa bibliothèque :elle nous lit un extrait des Maitres Anciens de Thomas Bernhard.

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......