LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Paysage (5/5): Depuis ma fenêtre

1h
À retrouver dans l'émission

Dernier moment dans notre exploration du paysage. Vincent Dieutre, réalisateur, vient évoquer Jaurès (2012) et Mon voyage d'hiver (2003). Partant de ces deux films, nous réfléchirons à l'utilisation du motif du paysage (intime, urbain, métaphotique) dans son cinéma. Présent en studio également, le groupe Midget!. Cette formation guitare-voix nous fera entendre trois de ses paysages sonores, au cours de l'entretien avec Vincent Dieutre.

Vincent Dieutre
Vincent Dieutre Crédits : Radio France

Il y avait deux choses essentielles dans la pensée de Michel Collot, qui ouvrait cette semaine. La porosité, l’interaction, le mouvement, qui unissent et font se contaminer intérieur de l’être et extérieur du paysage. Et puis il y avait l’horizon, en ce qu’il est projet en permanence renouvelé. Un "en-avant" nécessaire. Un "vers l’avant" poétique. L’horizon, quand il existe bien sûr. Quand il n’est pas empêché ou effacé par les barres d’immeubles, quand il n’est pas interdit par une certaine politique. L’horizon. Dans le dernier film de Vincent Dieutre, Jaurès , l’horizon est à court terme. Urbain. Précaire. Amoureux. Une amie veut voir les images d’une histoire qui a duré un temps. Qui est terminée désormais. Mais qui est encore de l’amour. Les images, ce sont celles de dehors, filmées par la fenêtre. Celle d’un camp de jeunes réfugiés afghans sur les quais de Seine au métro Jaurès. Un temps long que scandent des contrôles de police, des organisations de matelas, des interventions d’associations. Avant toute chose, un temps qui passe et fait s’organiser désormais le cœur, la vue, la conscience, selon un avant-après minuscule mais radical. Nous partirons de ce film sorti en 2012, disponible depuis en DVD, pour en évoquer d’autres.

Vincent Dieutre , cinéaste, est notre invité cet après-midi, pour parler de son cinéma, du paysage dans son cinéma, notamment dans son dernier film, Jaurès . L'entretien sera ponctué par les paysages musicaux du groupe Midget! composé de Claire Vailler et Mocke Depret. La musique se mêle aux plans jusqu'à 17h, à l'écoute de cette formation guitare-voix.

Ouvrons l'heure par une lecture. Un cinquième et dernier déballage de bibliothèque proposé par le comédien Gabriel Dufay . Il s’agit Des arbres à abattre de Thomas Bernhard, l’un des auteurs les plus importants de la littérature germanophone d'après-guerre. Il naît en 1931 et meurt en 1989, ayant entretenu avec l’Autriche une relation très ambivalente, d’amour- haine, qu’illustre bien l’extrait choisi par Gabriel Dufay.

L’image Polaroïd se développe au son de Midget. Ce sont deux âmes qui marchent sans sol.

En fin d’émission, vers 16h50, nous écouterons deux derniers Poèmes du jour de Ludovic Janvier . Dont le préféré de Marie Richeux...

Programmation musicale

Eminem, Till I collapse

Susan Graham, A Chloris (de Reynaldo Hahn)

Midget! (Claire Vailler et Mocke Depret) joue en direct A ciel ouvert , L'occident , Les mailles (album Lumière d'en bas )

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......