LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Quite direct from Portland

59 min
À retrouver dans l'émission

Céline Leroy
Céline Leroy Crédits : baert

Sale temps pour les braves. En 1966, le romancier américain Don Carpenter écrit l’histoire de Jack Levitt, abandonné à sa naissance et qui, de petits coups en rencontres amoureuses, de centres de redressement en prisonss bien fermées, fera l’apprentissage parfois brutal que la vie n’aide personne. Elle n’est pas là pour ça, si l’on peut dire. Tous les personnages de ce récit d’initiation, sont en quête de justice, et se laissent plus ou moins faire par le hasard. Et parce que la roue de la fortune est un peu truquée pour certains, on s’attache particulièrement à Jack, dont on ne parviendra pas à savoir au final s’il gagne ou non toutes les parties engagées… En 1966, le succès est au rendez vous côté lecteurs et côté critique de l'autre côté de l'Atlantique. Puis le livre autant que l’auteur qui meurt en 1995 sont un peu oubliés. Les éditions Cambourakis le publie dans sa première version française ces jours-ci et Céline Leroy en signe la traduction.

Jonathan Raymond
Jonathan Raymond Crédits : baert

Autre temps mais mêmes alentours. Portland a changé. Deux amis décident de quitter la ville pour aller marcher deux jours dans la forêt des Cascade Mountains. Mark et Kurt ne se sont pas vus depuis longtemps. La forêt révèle l’écart qui s’est creusé entre eux, mais les rapproche, très délicatement, sans grands mots prononcer, à la faveur d’un bain dans les sources d’eau chaude. « Old joy » est un film de Kelly Reichardt, sorti en France en 2007, inspiré d’une nouvelle éponyme de Jonathan Raymond , écrivain et scénariste américain, grand amateur de Carpenter et de passage à Paris dans le cadre de Keep Portland Weird, une manifestation orchestrée par la Gaîté Lyrique, une manifestation pluridisciplinaire qui regroupe des propositions artistiques venues ou gravitant autour de Portlan (Eve Dayre traduit ses propos).

Tara Jane O'Neil
Tara Jane O'Neil Crédits : baert

Enfin, pour finir les présentations, Tara Jane O'Neil , elle aussi tout droit venue de Portland, est des nôtres en studio,vous l'entendrez elle et sa guitare acoustique, se révéler lors du Polaroïd, puis plus tard au cours de l'émission.

Le Polaroïd justement développera une image un peu floutée par la pluie, une Jeanne aux cheveux courts, portant l’amour en sous pull. Le poème de la fin est le premier de notre série Reverdy. On pioche cette semaine dans son recueil Plein verre .

Pour commencer, à 16h02, posons nos valises chez celle qui fut révélée au grand public grâce à son rôle dans La vie est un long fleuve tranquille , où elle jurait sur le bon Dieu qu’elle était tombée enceinte sans coucher. Catherine Jacob, ne saurait plus très bien dire pourquoi elle voulait au départ être comédienne, mais dit très bien, aujourd’hui, dans un sourire que nous espérons audible, qu’il s’agit là d’un métier de voyou. Joyeusement voyou. Bientôt, elle remontera sur les planches, avec un texte de Jean Anouilh. Catherine Jacob déballe sa bibliothèque, La répétition ou l'amour puni de Jean Anouilh.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......