LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Y'a pas de prévenance!

59 min
À retrouver dans l'émission

Jean-Charles Hue
Jean-Charles Hue Crédits : baert

La morale du conte, si besoin est, serait « Vas-y, pars de toi, pars profondément de ta réalité, et la révélation aura l’allure d’une drôle d’histoire à raconter. Ne te laisse pas emprisonner par le cadre. N’essaie pas de faire entrer ce qui ne rentre pas entre deux claps. C’est beaucoup plus grand que toi. C’est beaucoup plus fort. Rends les choses possibles, et applaudis des deux mains qu’elles te surprennent encore". La langue des yéniches, communauté du voyage, fait se tenir les deux bouts extrêmes de la violence et du tout amour. Leur corps, celui de Fred Dorkel par exemple, est un totem érigé aux forces vives. Le revolver, l’œil de verre, la voiture, le couteau, le quart militaire, ce sont les objets du vocabulaire visuel, mais il s’agit surtout de chercher ce qu’il se dit en dessous.

L’éditrice Katia Schneller propose à un cinéaste, qui marche sur la crête, mais quelle crête ?, entre docu et fiction, de rassembler des images et des mots. Cela donne « Y’a pas de prévenance » dans la nouvelle collection ARTS, des éditions des Forges du Vulcain. Le cinéaste c’est Jean Charles Hue , qui signait l’an passé La BM du Seigneur , et précédemment, les films Un ange ou Y’a pas d’os .

L’image Polaroïd de tout à l’heure, est une image de joie en avance sur le réel. Essayez, vous, d’être dans les temps. Le poème de la fin clôture, car c’est son rôle, la semaine panoramique de poésie de langue anglaise, dans les mots de Sir Geoffrey Hill .

Mais d'abord, dites-vous que cette voix vous manquera. Ce n’est pas tous les jours une voix pareille. Qui s’est consciencieusement abîmée, mais qui, dans le même mouvement s’est approfondie. Petit supplément d’âme dans les cordes vocales de Bruno Abraham-Kremer qui, achevant de déballer sa bibliothèque, vous lit un extrait du Roman Théâtral de Michaïl Boulgakov. Interrompu par la mort de l’auteur, «Le Roman théâtral», est souvent présentée comme son autobiographie déguisée en satire tragique et désopilante. Déballage, déballage. Dernier moment.

Jusqu’au 28 avril Bruno Abraham Kremer, joue La Promesse de l’Aube, une adaptation du roman de Romain Gary sur la scène du théâtre du Petit Saint Martin à Paris. Quant à nous, lundi, on reprend les lectures, à la bougie cette fois. Catherine Jacob , commence par lire Anouilh. "Comédienne est un métier de voyou" dit-elle… préparons nous.

Programmation musicale Boulat Okoudjava, François Villon Electric Guest, This Head I Hold Alibert, Le plus beau tango du monde Mina, Ollalla

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......