LE DIRECT
Mouche drosophile (drosophila melanogaster)

La mouche drosophile

3 min

La mouche drosophile chante, notamment pendant la parade nuptiale. Le mâle produit un air particulier en présence de la femelle qu’il convoite.

Mouche drosophile (drosophila melanogaster)
Mouche drosophile (drosophila melanogaster) Crédits : Botaurus

C’est probablement la mouche la plus connue au monde mais peut-être pas toujours pour les bonnes raisons. Car la drosophile est le modèle en recherche en génétique par excellence. Tout ça parce qu’elle possède des chromosomes énormes, faciles à extraire et à étudier. Donc si vous êtes étudiants en biologie ou chercheurs, la drosophile est votre compagne de laboratoire. Grâce à elle, on en sait beaucoup plus maintenant sur les règles de génétique, mais ce que l’on sait un peu moins c’est que la drosophile est aussi un petit animal sauvage qui vit loin des paillasses et des blouses blanches, qui se nourrit et se reproduit. Pas si loin de nous en plus, puisqu’on la trouve près des fruits qui mûrissent, comme ces bananes un peu mûres par exemple, la drosophile vient y manger la levure qui se développe sur le fruit en cours de fermentation.

La drosophila melanogaster, pour reprendre son petit nom latin, est gourmande on l’aura compris mais intéressons-nous maintenant à son mode de communication. Elle peut envoyer des signaux chimiques. Elle possède sur la surface de son corps, des composés d’hydrocarbure qui participent à l’identification des mâles et des femelles. Un petit coup de patte, je touche la cuticule de la drosophile en face de moi et je sais si mâle ou femelle il y a. Car la mouche a des pattes semblables à des organes sensoriels, un peu comme si elle avait greffé aux pattes des nez et des langues capables de déceler saveur et odeur.

Mais ce n’est pas tout, la mouche drosophile chante. Notamment pendant la parade nuptiale. Le mâle va produire un air particulier en présence de la femelle qu’il convoite. Le scénario est toujours le même : il va lécher les parties génitales de la femelle, se rapprocher d’elle de façon à former un angle à 45 degrés, écarter ses deux ailes et produire alors ce son. Soit avec une aile soit avec les deux.

On appelle ça le chant sinusoïdal, un son composé d’une seule fréquence basse et qui a la forme d’une onde toute en courbes. Chant qu’il peut alterner ou combiner avec un autre, composé, celui-ci d’unités sonores produites en rafale, très brèves qu’on appelle des pulses, séparés par des intervalles de temps de 35 millisecondes en moyenne.

C’est le chant de l’amour…. qui de façon pratique donne des indications sur l’espèce, (je suis une mouche drosophile) et qui a pour fonction de captiver la femelle, en augmentant sa stimulation et en la rendant plus réceptive à l’accouplement. Mais attention, au final, c’est la femelle qui décidera. En effet, pendant les parades, on a pu enregistrer les sons de la femelle, si elle n’est pas intéressée par le mâle, elle produira ce qu’on appelle un son de rejet, sorte de « prutttt » très bref et explosif. Le message est clair : « déguerpis! ».

Mais si elle accepte, place au Kâma-Sûtra sonore. Cette sorte de bourdonnement que vous entendez n’est autre que l’accouplement de nos deux mouches. Le mâle monte sur la femelle qui écarte légèrement les ailes afin de lui présenter ses parties génitales ouvertes, et à ce moment là, le mâle produit ce son caractéristique, plus aigu que le chant sinusoïdal. Pas de temps à perdre la parade durant 2 à 3 minutes. Approchez votre oreille à un millimètre de l’insecte, vous pourrez ainsi entendre le chant d’amour des drosophiles.

Prise de son : Fanny Rybak

Conseillère scientifique : Fanny Rybak de l’université de Paris-Sud
Fanny Rybak est enseignant-chercheur à l'Université Paris-Sud, dans l'unité mixte de recherche NeuroPsi. Enseignante en biologie animale et éthologie, ses thématiques de recherche sont les communications sonores chez les oiseaux et les insectes. Ses travaux portent tout particulièrement sur les systèmes de codage et de décodage de différents niveaux d'information (signature spécifique, signature de groupe, signature individuelle…) dans les signaux sonores, notamment en contexte reproducteur.
http://www\.cb\.u\-psud\.fr/Fanny\.htm

Rediffusion du 8 août 2016.

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......