LE DIRECT
Un poissons carapidae devant un concombre de mer

Les poissons carapidae

3 min

Une des spécificités des carapidae est qu’ils vocalisent. Ces sons ressemblent à des roulements de tambour et sont produits par des muscles particuliers inserrés derrière l’œil. Ces sons leur permettent de s’identifier.

Un poissons carapidae devant un concombre de mer
Un poissons carapidae devant un concombre de mer Crédits : Eric Parrmentier

C’est une famille de poissons au corps long, fin et sinueux comme des anguilles que l’on trouve dans les océans du monde entier. On rencontre les carapidae en pleine eau, depuis la surface jusque dans les abysses, mais ceux qui vont nous intéresser aujourd’hui, ont jeté leur dévolu sur un type d’habitation, un peu particulier, puisqu’il vont se loger dans d’autres organismes vivants, comme des huîtres perlières, des étoiles de mer ou des holothuries, plus communément appelés concombres de mer. Certains carapidae peuvent se servir de leur hôte simplement comme d’un abri et le quitter pour chasser différentes proies à l’extérieur. D’autres sont des parasites qui de l’intérieur se nourrissent des organes reproducteurs de leur hôte.

Mais comment se frayer un chemin jusqu’au cœur d’une étoile de mer ou d’un concombre de mer ? Pour l’étoile de mer, le carapidae passera par la bouche, il traversera ensuite ses deux estomacs, déchirera la paroi du deuxième et vivra alors librement dans la cavité générale du corps. Quant au concombre de mer, cette bête au physique fort étrange convenons-en, gros boudin mou et oblong, le carapidae y entrera en passant par l’anus, qui, chez cet animal marin, n’est pas uniquement la fin du tube digestif, mais aussi l’entrée de ses poumons. Puis, plutôt que de se rendre dans son intestin rempli de sable, le carapidae s’acheminera directement dans ses poumons, où grand avantage, il n’aura qu’à garder la bouche ouverte, l’eau y entrant et sortant au gré des respirations du concombre.

Le carapidae se loge dans les concombres de mer
Le carapidae se loge dans les concombres de mer Crédits : Eric Parmentier

Ceci étant dit, l’autre spécificité des carapidae est qu’ils vocalisent, une fois installés chez leurs hôtes. Ces sons ressemblent à des roulements de tambour et sont produits par des muscles particuliers inserrés derrière l’œil dans l’orbite et reliés à la vessie natatoire. Ces sons leur permettent de s’identifier, sorte de carte d’identité sonore mais aussi d’avertir d’autres congénères de leur présence dans l’hôte. Le concombre de mer est en effet acoustiquement perméable aux sons, ce qui permet au poisson de vocaliser tout en étant protégé des prédateurs à l’intérieur de son concombre.

Quand aux carapidae qui vivent dans des huîtres perlières, ils émettent des sons mais uniquement la nuit, entre 20h et minuit. Alors que ces poissons ne mesurent pas plus d’une dizaine de centimètres, ils peuvent être entendus jusqu’à 50 mètres, car ils se servent des valves de l’huître comme d’un mégaphone !

Les chercheurs ont découvert que cette famille de poissons fait partie d’un ensemble plus large qui compte quelque 350 espèces, qui toutes vocalisent. Ce qui permet de supposer que ces espèces, qui vivent majoritairement dans les profondeurs, jusqu’à 5000m de fond, sont toutes capables de produire des sons. La lumière étant absente au-delà de 200m, la capacité à produire des sons distinctifs doit ainsi aider les poissons à s’identifier et regrouper leurs partenaires sexuels.

Poisson carapidae
Poisson carapidae Crédits : Eric Parmentier

Prise de son : Eric Parmentier

Conseiller scientifique : Eric Parmentier (Université de Liège)

Présentation du Professeur Eric Parmentier

Laboratoire de Morphologie Fonctionnelle et Évolutive

Centre de recherche en Ichtyologie Fondamentale et Appliquée

Projet MORPHO

Rediffusion du 21 juillet 2016.

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......