LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Claude Monet (1840-1926), Nymphéas bleus, Entre 1916 et 1919, Huile sur toile, H. 200 ; L. 200 cm

Beatrice Avanzi : "Dans «Les Nymphéas», Monet a su capturer le sens mystique de la nature"

20 min

Beatrice Avanzi est co-commissaire d'une exposition au Musée d'Orsay à Paris qui présente sous un nouveau jour la peinture de paysage de la fin du 19ème au début du 20ème siècle. Au-delà d'une vision plutôt naturaliste du paysage, elle montre en effet la peinture à travers le prisme du mysticisme.

Claude Monet (1840-1926), Nymphéas bleus, Entre 1916 et 1919, Huile sur toile, H. 200 ; L. 200 cm
Claude Monet (1840-1926), Nymphéas bleus, Entre 1916 et 1919, Huile sur toile, H. 200 ; L. 200 cm Crédits : © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Aujourd'hui, dans Paso Doble :

Beatrice Avanzi, conservateur au Musée d’Orsay et co-commissaire de l’exposition Au-delà des étoiles, le paysage mystique de Monet à Kandinsky, au Musée d’Orsay à Paris jusqu’au 25 juin 2017.

Les doctrines mystiques sont très répandues à la fin du 19ème siècle, c’est la fin de la croyance positiviste, la fin du naturalisme en histoire de l’art. Certains artistes ne s’intéressent au paysage qu’au milieu d’un questionnement possible sur les rapports de l’Homme à la nature, les rapports de l’Homme au divin et aussi sur leur propre identité.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Vincent van Gogh (1853-1890), La nuit étoilée, 1888, Huile sur toile, H. 72,5 ; L. 92 cm
Vincent van Gogh (1853-1890), La nuit étoilée, 1888, Huile sur toile, H. 72,5 ; L. 92 cm Crédits : © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay)

La nuit est le lieu du questionnement, elle a été interprétée par la génération symboliste comme le lieu de métaphores concernant la mort, la solitude, la mélancolie...

L'exposition présentée par le Musée d'Orsay

Rechercher un ordre situé au-delà des apparences physiques, dépasser les réalités matérielles pour approcher les mystères de l'existence, expérimenter l'oubli de soi-même dans l'unité parfaite avec le cosmos… L'expérience mystique a tout particulièrement inspiré les artistes symbolistes de la fin du XIXe siècle qui, en réaction au culte de la science et au naturalisme, ont choisi de suggérer l'émotion et le mystère.
Le paysage apparaît alors aux artistes comme le support privilégié de leur quête, lieu par excellence de la contemplation et de l'expression des sentiments intérieurs.
Ainsi, l'exposition, organisée en partenariat avec l'Art Gallery of Ontario de Toronto, explore le genre du paysage, à travers les oeuvres de Paul Gauguin, Maurice Denis, Ferdinand Hodler, Vincent Van Gogh notamment, mais présente aussi des peintres d'Amérique du Nord comme Giorgia O'Keeffe ou Emily Carr, moins connus du public français.
La contemplation, l'épreuve de la nuit ou de la guerre, la fusion de l'individu dans le cosmos, l'expérience des forces transcendantes de la nature : autant d'étapes d'un cheminement mystique que l'exposition suggère de parcourir.

Henri-Edmond Cross (1856-1910), Les Iles d'Or, Entre 1891 et 1892, Huile sur toile, H. 59 ; L. 54 cm
Henri-Edmond Cross (1856-1910), Les Iles d'Or, Entre 1891 et 1892, Huile sur toile, H. 59 ; L. 54 cm Crédits : © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay)
Emile Bernard (1868-1941), Madeleine au Bois d'Amour, 1888, Huile sur toile, H. 1,38 ; L. 1,63 m
Emile Bernard (1868-1941), Madeleine au Bois d'Amour, 1888, Huile sur toile, H. 1,38 ; L. 1,63 m Crédits : © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay)

Monet était agnostique, athée, il n’y a pas de recherche spirituelle dans ses peintures mais dès son époque, elles ont été interprétées comme des peintures qui pouvaient provoquer la contemplation ou un sentiment de transcendance chez le spectateur.

Pierre Puvis de Chavannes (1824-1898), Le rêve, 1883, Huile sur toile, H. 82 ; L. 102 cm
Pierre Puvis de Chavannes (1824-1898), Le rêve, 1883, Huile sur toile, H. 82 ; L. 102 cm Crédits : © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
Odilon Redon (1840-1916), Le Bouddha, Entre 1906 et 1907, Pastel sur papier beige, H. 90 ; L. 73 cm
Odilon Redon (1840-1916), Le Bouddha, Entre 1906 et 1907, Pastel sur papier beige, H. 90 ; L. 73 cm Crédits : © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Kandinsky a découvert à travers Monet la possiblité d’une représentation de ce qu’il appelait la « résonnance intérieure » : quelque chose de spirituel dans l’esprit de l’Homme à travers les formes et les couleurs qui ne sont plus associées à la nature.

Musique diffusée

Brigitte Fontaine - La Femme à Barbe

Chroniques
6H25
3 min
Les Émois
Parlons peu, parlons de moi ou les heurs et malheurs de Jackie Berroyer.
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......