LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'acteur français, Patrick Dewaere, porte un toast lors de la remise du prix Louis Delluc au réalisateur Yves Boisset pour son film "Le juge Fayard, dit le Sherif" dont il est le héros, le 14 janvier 1977, au Fouquet's à Paris.

Enguerrand Guépy : "Patrick Dewaere est une figure de la fêlure"

20 min

Dans son dernier livre, le romancier Enguerrand Guépy rejoue le dernier jour de la vie de Patrick Dewaere, qui s'est suicidé le 16 juillet 1982. On déambule dans le spleen de l'acteur...

L'acteur français, Patrick Dewaere, porte un toast lors de la remise du prix Louis Delluc au réalisateur Yves Boisset pour son film "Le juge Fayard, dit le Sherif" dont il est le héros, le 14 janvier 1977, au Fouquet's à Paris.
L'acteur français, Patrick Dewaere, porte un toast lors de la remise du prix Louis Delluc au réalisateur Yves Boisset pour son film "Le juge Fayard, dit le Sherif" dont il est le héros, le 14 janvier 1977, au Fouquet's à Paris. Crédits : STAFF / AFP - AFP

Aujourd'hui, dans Paso Doble :

Enguerrand Guépy, écrivain, pour Un Fauve aux éditions du Rocher.

L’annonce de la mort de Patrick Dewaere m’a fait comme un coup de couteau dans le coeur.

...

Je pense que Dewaere a un sentiment de frustration et peut-être d’injustice qui vient des Valseuses, ce film qui l'a révélé aux côtés de Depardieu et Miou Miou. Il a joué son rôle “en dedans”, je crois que la carrière de Depardieu et Dewaere est marquée par ça : Depardieu est plus solaire, plus jovial, et Dewaere est plus sombre ; toute leur carrière est sur ce mode : à chaque fois qu’un réalisateur veut un acteur “bankable”, c’est toujours Depardieu qu’il appelle en premier, jamais Dewaere.

Résumé de l'éditeur :

Dix ans qu'il attend ce moment, des mois qu'il se prépare, s'impose un régime draconien, s'entraîne, ne boit plus une goutte d'alcool, ne se drogue plus. Il est à quelques heures d'entrer sur le plateau de tournage, d'incarner Marcel Cerdan sous la direction de Claude Lelouch. Dans le taxi qui le conduit aux Champs-Élysées, l'acteur pourtant à son firmament vacille, doute… Il a peur de ne pas être à la hauteur. Des souvenirs refont surface, le spleen l'envahit. Hanté par ses frustrations, sa paranoïa, sa quête insatiable de reconnaissance, ce fauve en réalité si vulnérable, cet écorché vif, parviendra-t-il à faire taire ses démons ?

On a beau connaître la fin, et s'en rapprocher inexorablement – comme dans toute tragédie, l'action ne dépasse pas « une révolution de soleil » –, la fascination reste intacte et l'on continue d'espérer.

Un roman haletant qui nous plonge dans les états d'âme de l'indomptable Patrick Dewaere tout en cultivant sa légende et son mystère. Un très bel hommage.

Les maîtres de vie

en partenariat avec Psychologies Magazine, à l'occasion de la sortie du nouveau Hors-Série.

Toute cette semaine, Philipe Romon, psychanalyste, auteur et rédacteur en chef de Psychologies Magazine, nous présente cinq maîtres de vie.

Aujourd'hui : le dalaï-lama.

Portrait du dalaï-lama pour le Hors-Série de Psychologies Magazine du mois de décembre : "20 maîtres de vie essentiels"
Portrait du dalaï-lama pour le Hors-Série de Psychologies Magazine du mois de décembre : "20 maîtres de vie essentiels" Crédits : Psychologies Magazine
Chroniques
6H25
2 min
Les Émois
Le Visage vert ou la gazette des Ombres

Bibliographie

Un FauveEnguerrand GuépyEditions du Rocher, 2016

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......