LE DIRECT
Portrait de Sessue Hayakawa, dans "Moving Picture World", juillet 1918

Gilles Jacob : "Sessue Hayakawa recevait tout le cinéma hollywoodien : Charlie Chaplin, Griffith, Cecil B. DeMille..."

20 min

Dans son dernier livre, Gilles Jacob nous raconte l'histoire d'un homme, Sessue Hayakawa : son histoire vraie, l'itinéraire d'une star du cinéma tombée dans l'oubli et dont la vie parcourt le 20ème siècle, de Tokyo à Los Angeles, de Paris à New-York, dans un monde en profond bouleversement.

Portrait de Sessue Hayakawa, dans "Moving Picture World", juillet 1918
Portrait de Sessue Hayakawa, dans "Moving Picture World", juillet 1918 Crédits : Wikicommons

Aujourd'hui, dans Paso Doble :

Gilles Jacob pour Un homme cruel, aux éditions Grasset.

Résumé de l'éditeur :

C'est l'histoire vraie d’une star tombée dans l’oubli. Un comédien qui fut aussi renommé que Charlie Chaplin ou Rudolf Valentino, un personnage de légende qui n’occupe plus aujourd’hui que quelques lignes dans les histoires du cinéma.

Et pourtant, quelle vie que la sienne! Né au Japon en 1889, parti très jeune pour l'Amérique, Sessue Hayakawa devient, dès les années 1910, au temps du muet, la première grande star d'origine asiatique de Hollywood. Et l’un de ses plus grands séducteurs. Son charisme, son charme, son regard ont fait fondre de nombreuses comédiennes, provoquant auprès de ses admiratrices des scènes d’hystérie.

C'est l’histoire d’un des derniers nababs du cinéma, dont les réceptions fabuleuses dans son château californien firent la une des journaux de l’époque. Jusqu’au jour où le racisme anti-japonais provoque la chute de l’idole et une vertigineuse fuite en avant. Il devient l'homme de tous les voyages et de tous les dangers, des succès tonitruants et des échecs cuisants. L’opium, le jeu, les tentatives d'assassinats, les années folles, la résistance pendant la Seconde guerre mondiale, sans oublier le tournage du mythique Pont de la rivière Kwai, le film aux 7 Oscars, qui fera à nouveau de lui une vedette planétaire en 1957.

Un destin aussi extraordinaire ne pouvait connaître qu’une fin sublime, digne d’un film de Kurosawa : qui eut dit qu'après toutes ces péripéties, cette fougue, cette fureur, Sessue Hayakawa se retirerait à 72 ans dans un monastère bouddhiste, très loin des lumières de Hollywood, parmi les statues de pierre et les moines du silence et de la paix ?

Gilles Jacob
Gilles Jacob Crédits : DR

Musique diffusée :

Le pont de la rivière Kwai - "Thème (Hello le soleil brille)"

Les coups de coeur d'Oriane Jeancourt, rédactrice en chef du magazine Transfuge

Chroniques

6H25
2 min

Les Émois

Coups d'éclat ! : Art Press spécial boxe

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......