LE DIRECT
Vue d'ensemble

Hervé di Rosa : "L’art est là où on s’y attend le moins : j’ai souvent plus de sensations fortes au marché aux puces que dans un musée"

20 min

L'artiste Hervé di Rosa et la commissaire d'exposition Julie Crenn ont réuni 70 artistes, de grands noms jusqu'à de très jeunes artistes, unis par le même regard non monolithique sur l'histoire de l'art, ouverts à l'artisanat, ouverts aux arts modestes, une posture plutôt qu'un mouvement.

Vue d'ensemble
Vue d'ensemble Crédits : © Ph. Pierre Schwartz

Mardi expo dans Paso Doble avec :

Hervé di Rosa, artiste et président du MIAM, pour En toute modestie, Archipel Di Rosa, au MIAM à Sète jusqu’au 17 septembre 2017.

Les arts modestes ne sont ni un genre, ni un mouvement mais un regard différent que j’ai développé et porté mais qui ne m’est pas spécifique, ça voudrait être un outil, un instrument pour essayer de relire l’histoire de l’art du XXème et du XXIème siècle, ou comment relire la création et la présenter aujourd’hui.

Présentation de l'exposition par le MIAM

Pensée comme un portrait en creux d’ Hervé Di Rosa, artiste et directeur du MIAM, l’exposition EN TOUTE MODESTIE – Archipel Di Rosa réunit les œuvres d’artistes issus d’un panthéon personnel (Jérôme Bosch, Henry Darger, Pierre Molinier), celles de ses contemporains (Eugène Leroy, Jean Dubuffet, Peter Saul, ORLAN), mais aussi les œuvres d’artistes qui poursuivent, étirent et réactivent les arts modestes (Lucien Murat, Agathe Pitié, Sarah Tritz). Les œuvres créent des passages entre le passé et le présent, entre les cultures, les géographies, les formes et les langages. L’exposition s’articule comme un archipel, généreux et foisonnant, au sein duquel dialoguent les arts modestes et l’engagement d’un artiste.

Vue d'ensemble
Vue d'ensemble Crédits : © Ph. Pierre Schwartz

L’art contemporain n’est pas une farce pour les très riches mais des artistes qui travaillent dans une direction, et pour moi, aucun artiste n’est difficile d’accès, c’est uniquement la manière de les présenter dans un certain lieu et comment faire accéder un public de néophytes à ces artistes, c’est ça le projet du MIAM.

Lucien Murat, "Les musiciens blêmes", 2016, Acrylique sur canevas chinés
Lucien Murat, "Les musiciens blêmes", 2016, Acrylique sur canevas chinés Crédits : © Lucien Murat

Les écrits de Dubuffet m’ont beaucoup influencé car c’est l’un des premiers après la Seconde Guerre mondiale qui commence à regarder autre chose que l’art officiel, académique, décoratif ou l'art moderne de son époque. Il a commencé à regarder l’art qui se faisait dans les hôpitaux psychiatriques, l’art fait par des enfants, des marginaux… J’ai poursuivi cette curiosité.

Otobong Nkanga, "In Pursuit of Bling : The Transformation", 2014, Tapisserie, Courtesy : Galerie in situ - Fabienne Leclerc, Paris. Collection : Jean-Marc Decrop, Hong Kong
Otobong Nkanga, "In Pursuit of Bling : The Transformation", 2014, Tapisserie, Courtesy : Galerie in situ - Fabienne Leclerc, Paris. Collection : Jean-Marc Decrop, Hong Kong

Chroniques

6H25
3 min

Les Émois

Romain Puertolas ou les Mystères de New-York - Colorado

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......