LE DIRECT
Case extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky

Lorenzo Mattotti : "J’ai de l’amour-haine pour la BD, c’est très dur mais elle m’a aidé à affronter d’autres territoires"

20 min

Lorenzo Mattotti dessine depuis toujours à la plume dans des carnets. Il publie "Guirlanda", un conte initiatique, déambulation onirique fruit des dessins de ses carnets. Avec Jerry Kramsky, ils esquissent une histoire comme un fleuve, un lieu pur comme un rêve où vivent de libres créatures...

Case extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky
Case extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky Crédits : Mattotti et Kramsky / éditions Casterman

Aujourd'hui, dans Paso Doble :

Lorenzo Mattotti, peintre, illustrateur et auteur de BD, pour Guirlanda aux éditions Casterman (avec Jerry Kramsky au scénario)
et une exposition de quelques dessins originaux de Guirlanda ainsi qu'une série de dessins spécialement créés pour l'exposition à la Galerie Martel à Paris jusqu'au 13 mai 2017.

Guirlanda est une facette de mon travail qui vient des dessins de mes carnets, ce que j’appelle « la ligne fragile », désarmée, tremblante, elle peut aussi être dure, crue ; dans ces cahiers j’improvise des personnages étranges, des animaux, des situations qui peu à peu ont grandi... Un certain moment, j’avais envie de les faire vivre dans une histoire.

Résumé de l'éditeur

Quatorze ans après la publication du Bruit du givre, Lorenzo Mattotti revient enfin à la bande dessinée avec un récit-fleuve co-scénarisé en compagnie de son ami Jerry Kramsky. À travers un univers onirique qui traduit un grand besoin d’évasion, les deux auteurs revisitent le conte classique, en l’enrichissant de leurs propres références littéraires. Les Moomins ne sont jamais très loin, de même que les mondes insondables de Fred et de Moebius.
Récit épique aux frontières du réel, Guirlanda évoque tour à tour les croyances religieuses, la tragédie grecque, les mystères de la maternité, ou encore la crise de la connaissance. Cette déambulation jouissive sur la mystérieuse terre des Guirs est magnifiée par un dessin à la plume d’une grande finesse. Libéré par la naïveté apparente de l’intrigue, Lorenzo Mattotti donne libre cours à ses envies graphiques, multipliant les personnages baroques et les longues improvisations muettes qui invitent à une contemplation silencieuse.

Planche extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky
Planche extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky Crédits : Mattotti et Kramsky / éditions Casterman
Planche extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky
Planche extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky Crédits : Mattotti et Kramsky / éditions Casterman

Je pensais toujours aux Moomins de Tove Jansson, à leur douceur, leur naïveté, à cette histoire un peu fantastique...

Planche extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky
Planche extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky Crédits : Mattotti et Kramsky / éditions Casterman
Planche extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky
Planche extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky Crédits : Mattotti et Kramsky / éditions Casterman

On m’a toujours dit que je n’étais pas vraiment un auteur de BD, que je faisais des dessins intellectuels parfois difficiles à lire, j’en avais marre ! J’ai commencé à 14 ans à faire de la BD pure, puis peu peu, on travaille avec le langage, on veut avancer et explorer de nouveaux territoires... Avec Guirlanda, d’une façon absurde, je suis revenu à mon origine, quand je dessinais des animaux étranges, mais avec toute l’expérience de 40 années de narration.

Planche extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky
Planche extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky Crédits : Mattotti et Kramsky / éditions Casterman
Planche extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky
Planche extraite de l’album « Guirlanda » de Mattotti et Kramsky Crédits : Mattotti et Kramsky / éditions Casterman

Au départ, on imaginait faire un village mais peu à peu, on a compris que nos personnages étaient des animaux plus libres, qui dormaient dans l’herbe... Quand tu commences à faire un village, tu établis une structure sociale, des règles sociales... On n’avait pas envie de tomber dans cette mécanique.

Chroniques

6H25
3 min

Les Émois

De l'Éden à l'arboretum, l'exposition du Grand Palais présente l'histoire mythique, technique et esthétique de l'art du jardin

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......