LE DIRECT
Planche de "Puppy" de Luz

Luz : "J’ai envie de laisser des traces graphiques en noir et blanc dans la tête des lecteurs"

19 min

Luz évoque "Puppy", un chien zombie qui déambule après la mort dans un monde qu'il ne connaît plus. Luz a écrit ce livre durant six ans en construisant un monde de fiction étrange avec l'envie de faire des albums qui bougent, avec dynamique, comme la sienne, celle qu'il ne veut jamais perdre.

Planche de "Puppy" de Luz
Planche de "Puppy" de Luz Crédits : Luz / éditions Glénat

Aujourd'hui, dans Paso Doble :

Luz, auteur de BD, pour Puppy, aux éditions Glénat.

J’ai commencé ce livre il y a six ans, avant que je sois entouré par la mort des autres, j’avais déjà une fascination pour le Cimetière des Chiens d’Asnières et ça m’obsédait d’imaginer comment un petit chien pouvait sortir et se débrouiller au milieu de ses potes. Mais peut-être aussi étais-je fasciné par la culture cinématographique autour des morts-vivants, il n’y avait pas encore Walking Dead, cette nouvelle culture autour des zombies, mais j’avais envie de raconter un chien zombie parce que je n’ai jamais compris pourquoi, dans la culture populaire, les zombies devaient absolument être méchants alors que si tu sors d’entre les morts, tu as toutes les raisons de trouver un peu de joie et de mystère autour de ça !

Planche de "Puppy" de Luz
Planche de "Puppy" de Luz Crédits : Luz / éditions Glénat

Résumé de l'éditeur

Au cœur d’un cimetière pour animaux de compagnie, une patte émerge des profondeurs : Puppy se réveille, revenu d’entre les morts. Débarrassé de son enveloppe de chair, désormais à l’état de mort-vivant, le petit chien jovial arpente avec maladresse les allées lugubres, sautillant, claudiquant, tombant parfois sur un os. Rex, Vicky, Fritz, Cindy, Charlie... les sépultures qu’il croise sont tout autant des souvenirs qui résonnent dans sa mémoire qu'un terrain de jeu illimité. Jusqu'au moment, où le chiot se retrouve malgré lui projeté dans le monde étrange que les humains ont laissés derrière eux...

Dans un exercice de style sans parole rappelant autant l’esprit des comic strips américains des années 1930 que l’esthétique burtonien de L’Étrange noël de Monsieur Jack, Luz nous embarque dans un univers sombre, dystopique, poétique, absurde et émouvant, où il laisse exploser son trait expressif et virtuose.

Je suis un enfant de Mickey Parade, un enfant qui a lu Gotlib, Will Eisner, Mad Magazine, et qui se laisse aller avec ces références, qui n’a pas besoin de les cacher mais de les développer sur 160 pages et pas uniquement dans un seul dessin.

Planche de "Puppy" de Luz
Planche de "Puppy" de Luz Crédits : Luz / éditions Glénat

Il a fallu que je reprenne ce bouquin que j’avais laissé de côté après les évènements de 2015 mais c’était indispensable, je n’avais pas envie de laisser mon personnage derrière moi, je lui devais ça, d’aller jusqu’au bout de l’histoire et qu’on se prenne par la main, ou plutôt par la patte, pour aller ensemble jusqu’au bout de ce livre, pour sentir que derrière soi on laisse des traces, des pattes de chiens, des pattes d’humains, un passé indélébile parce qu’on ne peut pas ne pas le regarder.

Planche de "Puppy" de Luz
Planche de "Puppy" de Luz Crédits : Luz / éditions Glénat

Ce n’est pas un bouquin dystopique, mais il y a l’idée d’une dystopie, l’idée d’un monde qui a perdu sa tête, un monde qui n’est plus celui que Puppy connaissait : quand on revient d’entre les morts, où sont passés les vivants ? C’est la question qui me taraude en ce moment.

Chroniques

6H25
3 min

Les Émois

Coucher de Soleil : août 1715, Louis XIV entre dans la mort

Bibliographie

Puppy LuzGlénat, 2017

Intervenants
  • Dessinateur et auteur de BD
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......