LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Nuit", acrylique sur toile, 38 x 55 cm, 2016

Olivia Clavel : "Avec les membres de Bazooka, on a bossé à Libération pour les emmerder"

20 min

Olivia Clavel, dessinatrice de BD passée par Métal Hurlant, Hara-Kiri, Charlie Mensuel et co-fondatrice du collectif Bazooka, nous offre une nouvelle exposition de peintures où elle développe un monde coloré, fluo où les rêves de ses personnages de BD s'envolent et s'échappent dans la nuit...

"Nuit", acrylique sur toile, 38 x 55 cm, 2016
"Nuit", acrylique sur toile, 38 x 55 cm, 2016 Crédits : Olivia Clavel / Galerie Corinne Bonnet / © Arnaud Baumann

Aujourd'hui, dans Paso Doble :

Olivia Clavel, dessinatrice de BD, peintre, pour son exposition Entraînement de nuit des pigeons voyageurs à la galerie Corinne Bonnet à Paris jusqu’au 22 décembre 2016.

À Libération, on avait des amis qui faisaient les maquettes. On faisait des fausses brèves qu’on mettait après. Le lendemain, Serge July les lisaient et ça le rendait fou, il s’arrachait les cheveux !

...

Je suis une dessinatrice de Bd et mes peintures sont des cases en grand.

«Entraînement de nuit des pigeons voyageurs 1 », acrylique sur toile, 54 x 64,5 cm, 2016
«Entraînement de nuit des pigeons voyageurs 1 », acrylique sur toile, 54 x 64,5 cm, 2016 Crédits : Olivia Clavel / Galerie Corinne Bonnet / © Arnaud Baumann

Texte de Romain Slocombe (novembre 2016) sur le travail d'Olivia Clavel

Les rêves ailés hantent les forêts la nuit

"J’ai fait la connaissance d’Olivia Clavel à l’automne 1973, à mon entrée à l’École nationale des Beaux-Arts de Paris qu’elle fréquentait depuis l’année précédente. Olivia ne s’intéressait alors qu’à la bande dessinée. Adolescente, déjà elle faisait le siège des rédactions pour montrer ses planches, que ce soit chez Actuel ou chez Charlie mensuel, dont le rédacteur en chef Georges Wolinski, de guerre lasse, avait finalement consenti à la publier en dépit de son jeune âge (16 ans).

Toujours vêtue d’une salopette en jeans et d’un T-shirt, une casquette d’ouvrier posée sur ses cheveux sombres coiffés n’importe comment puis à la garçonne, Olivia venait d’un milieu bohême : son père est le peintre Claude Clavel (1933-2007), ami de Raymond Hains, de Gilles Wollman, de Jacques de Villeglé, de César. Dans les années 1970, l’œuvre de Claude s’orientait vers le travail du fer blanc (le fer play) et des boîtes de conserve, il découpait avec humour des cartes postales Pop-art reprenant les marques de la grande consommation. Sa famille a toujours encouragé Olivia dans sa passion de la BD. Même lorsqu’elle était punie, forcée de garder la chambre, on la laissait lire des albums et lui apportait ses repas sur un plateau. Le jour où elle a rencontré Lulu Larsen aux Beaux-Arts, ce dernier a expliqué son souhait d’apprendre à dessiner des BD. Olivia a rétorqué : « Ça ne s’apprend pas, petit con (1). »

Dès cette époque, le dessin en apparence malhabile d’Olivia Clavel vibrait d’une créativité hallucinante. Ses paysages déformés par le LSD étaient pris de mouvements chaotiques tandis que des yeux poussaient au-dessus de la tête des héros, globes oculaires bordés de cils écarquillés au bout des pédoncules qui les supportaient. Vision périscopique à travers des yeux extérieurs. Une symbolique mystique teintée d’ironie venait investir un univers hérité d’Hergé, où la classique « ligne claire » explosait désormais en un kaléidoscope de lignes ondulatoires ou brisées.

Comme ses camarades — les futurs membres du groupe Bazooka —, Olivia réalise en ce début des années 1970 que le milieu des galeries de peinture, à commencer par celles un peu minables entourant l’école et représentant l’environnement naturel des débutants, n’est pas pour eux. L’avenir qu’on nous préparait de petit peintre abstrait ou de professeur de dessin dans quelque établissement banlieusard ou provincial, voilà qui donnait plutôt envie de vomir. Les « résistants graphiques » de Bazooka ne voulaient ni peindre des œuvres uniques destinées aux riches collectionneurs, ni enseigner. La BD les intéressait, l’art aussi ; et ces dessins qui étaient les leurs ils comptaient, à travers la production de masse, Bazooka production, en inonder le monde…

Plus de quarante ans se sont écoulés depuis, tandis que les peintures d’Olivia Clavel nous emmènent dans la multiplicité des mondes ; elles ouvrent toutes grandes les portes de l’esprit. C’est la nuit que les pigeons voyageurs s’entraînent. Flamboyants, ils s’élèvent entre les troncs des arbres bleus qui s’embrassent, copulent en une érotique et ésotérique célébration. Les disparus — Claude le père d’Olivia, sa mère — apparaissent au détour de ces forêts vivantes où se rejoint la création dans son ensemble, pour un éternel recommencement. Cerfs, chats, chouettes, scarabées, pics, oiseaux de feu… Plus besoin de drogues : dans la forêt que survolent des vaisseaux spatiaux extraterrestres et d’où surgissent les rêves — ces pigeons voyageurs se faufilant parmi les branches —, les ampoules électriques qui poussent aux extrémités des feuilles multicolores demeurent perpétuellement allumées dans le cerveau de l’artiste, éclairant ses toiles comme elles éclairent l’essor des rêves ailés." Romain Slocombe, novembre 2016

(1) Anecdote rapportée par Jean Seisser, « Notes retrouvées », in Bazooka / Un regard moderne, p. 6 (Seuil, 2005)

"Le chat Ernest", acrylique sur bois, 34 x 72 cm, 1999
"Le chat Ernest", acrylique sur bois, 34 x 72 cm, 1999 Crédits : Olivia Clavel / Galerie Corinne Bonnet / © Arnaud Baumann
« Le cerf, Ernest et l’oiseau », encre sur carton, 27,5 x 36 cm, 2015
« Le cerf, Ernest et l’oiseau », encre sur carton, 27,5 x 36 cm, 2015 Crédits : Olivia Clavel / Galerie Corinne Bonnet / © Arnaud Baumann
« Heatklif dans la forêt », sérigraphie (27/77), 50 x 70 cm, 2016
« Heatklif dans la forêt », sérigraphie (27/77), 50 x 70 cm, 2016 Crédits : Olivia Clavel / Galerie Corinne Bonnet

Le clip de Brigitte Fontaine, Le Nougat

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les maîtres de vie

en partenariat avec Psychologies Magazine, à l'occasion de la sortie du nouveau Hors-Série.

Toute cette semaine, Philipe Romon, psychanalyste, auteur et rédacteur en chef de Psychologies Magazine, nous présente cinq maîtres de vie.

Aujourd'hui : la philosophe Simone Weil.

Portrait de Simone Weil pour le Hors-Série de Psychologies Magazine du mois de décembre : "20 maîtres de vie essentiels"•
Portrait de Simone Weil pour le Hors-Série de Psychologies Magazine du mois de décembre : "20 maîtres de vie essentiels"• Crédits : Psychologies Magazine
Chroniques
6H25
2 min
Les Émois
Le grand écritoire ou Apollinaire manuscrit
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......