LE DIRECT
"Le goût du tapis rouge"

Olivier Servais : "J’ai essayé de regarder Cannes pendant le festival, comme la société moderne en augmenté"

19 min

Olivier Servais réalise un documentaire sur l'envers du Festival de Cannes, un microcosme où l'on retrouve toutes les structures sociales de notre société contemporaine selon le réalisateur qui a filmé les gens gravitant autour du Festival : Canois, badauds, vendeurs à la sauvette, cinéphiles...

"Le goût du tapis rouge"
"Le goût du tapis rouge" Crédits : Ciném'A Production

Aujourd'hui, mercredi cinéma dans Paso Doble, avec :

Olivier Servais, réalisateur du documentaire Le goût du tapis rouge, en salles le 17 mai.

Je voulais montrer que la proximité spatiale pouvait être compatible avec la distance sociale… Cannes est un endroit où les gens se côtoient peu, restent « ségrégationnés », il y a des partitions fortes et marquées qu’on voit de manière très démonstrative.

Synopsis

En mai à Cannes, a lieu le plus grand festival de cinéma au monde. Qu'ils soient professionnels du cinéma, travailleurs, mannequins, cinéphiles, groupies, artistes de rue, badauds, vendeurs à la sauvette ou sans-abri… chacun tente de se frayer un chemin dans le dédale cannois, saturé d'écrans, de rêves et de symboles. Se déroule alors sous nos yeux un dialogue imaginaire entre ces personnages invisibles et ce lieu fantasmé.

L’essentiel des interviews a été tourné avec un téléphone portable, tout ceci pour éviter la distance que provoque l’existence d’un appareil ou d’un médium trop volumineux, il faut se faufiler si on tient à tourner…

"Le goût du tapis rouge"
"Le goût du tapis rouge" Crédits : Ciném'A Production
"Le goût du tapis rouge"
"Le goût du tapis rouge" Crédits : Ciném'A Production

Je suis venu à la réalisation par la cinéphilie, j’ai été pendant vingt ans un cinéphile qui venait voir les sections parallèles pour aller voir des films qui ne seraient peut-être pas diffusés ensuite. Mais quand on prend la caméra et qu’on décide de faire de la réalisation, le regard change un peu, il devient un peu plus inquisiteur, on laisse son côté cinéphilie pour mettre en oeuvre son cinéma...

La Chronique mensuelle de Michel Ciment, en positif et négatif

En positif

Aujourd'hui, Michel Ciment revient sur le film Rodin de Jacques Doillon, en sélection officielle au festival de Cannes.

Rodin est un sujet pour Doillon, un des grands cinéastes français, le peintre de la femme et du triangle amoureux. Avec les rapports entre Rodin et Camille Claudel mais aussi une femme qui vit régulièrement avec lui, Rose, Doillon est servi avec ce triangle extraordinaire.

Le film de Doillon mélange la passion amoureuse et la création artistique, je trouve que c’est l’un des plus beaux films sur la vie et le travail d’un artiste.

En négatif

Retour en négatif sur deux autres films : Les Fantômes d’Ismaël d'Arnaud Desplechin, en salles le 17 mai

Si vous regardez chaque scène des Fantômes d’Ismaël, Arnaud Desplechin est un grand cinéaste, si vous regardez les comédiens, c’est un très beau travail... Mais le problème c’est qu’il y a deux films, la version longue de 2h20 et une version souhaitée d’1h50 où l'on ressent cruellement ce manque des 30 minutes dans la deuxième partie du film...

Et Alien: Covenant réalisé et co-produit par Ridley Scott, en salles depuis le 10 mai

J’ai été un peu déçu par ce sixième Alien, l’enveloppe esthétique est très belle mais il ne reste un peu que cela…

* Lien vers la revue Positif

Chroniques

6H25
3 min

Les Émois

L'homme aux camélias ou la vie de Dumas fils

Bibliographie

Le Goût du tapis rouge Olivier ServaisCiném'A Production, 2017

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......