LE DIRECT
Quai des Orfèvres, Paris

Patricia Tourancheau : "Le déménagement du 36 quai des Orfèvres est le signe de l’avènement d’une police moderne"

20 min

Une nouvelle histoire s'écrit pour la Police Judiciaire de Paris qui quitte cette année ses mythiques locaux du 36 quai des Orfèvres. Celle qui a arpenté ces lieux 30 ans durant, la journaliste Patricia Tourancheau, raconte leur histoire et celles des vies qui les ont traversés : poulets, bandits...

Quai des Orfèvres, Paris
Quai des Orfèvres, Paris Crédits : THOMAS COEX - AFP

Aujourd'hui dans Paso Doble :

Patricia Tourancheau, ancienne chef de la rubrique police, banditisme et faits divers à Libération, réalisatrice de documentaires et écrivaine, pour Le 36, aux éditions Le Seuil, Les jours.

Je travaille aussi bien avec des bandits que des policiers, j’essaye de rester au milieu sinon je n’aurais pas pu travailler pendant 30 ans.

Résumé de l'éditeur

Le mythique 36 quai des Orfèvres s’apprête à fermer ses portes, ses services déménagent en 2017. Un monde s’évapore. Du musée de la Mondaine au repaire du « gang de Creil » en passant par le club de la Poularde, la saga de la Rouquine, les labos des experts ou le bureau 315 où Gainsbourg sirotait son pastis, Patricia Tourancheau arpente le 36 depuis bientôt trente ans. Elle raconte, comme un feuilleton policier, ses histoires d’hier et d’aujourd’hui. Maquerelles, bandits, hommes politiques, artistes et espions s’entrecroisent dans cette fresque dont les commissaires et officiers sont les héros. La journaliste déterre les archives et recueille la mémoire vive des plus grands flics, du patron au filocheur, pour ce véritable polar du réel au coeur des enquêtes et de la « maison poulaga ».
Au fil du livre, la journaliste resserre sa focale pour dérouler le récit haletant d’un des plus mystérieux cold case des dernières décennies : l’affaire du Grêlé, surnom d’un introuvable tueur en série que les policiers pistent depuis 1986 sans désemparer. Le 36 éclaire les coulisses d’un monde opaque mais fascinant où Alain Delon peut côtoyer un psychopathe découpeur de cadavres.

Le 36 quai des Orfèvres, Paris
Le 36 quai des Orfèvres, Paris Crédits : THOMAS SAMSON - AFP

Les faits divers me sont tombés dessus lors de mes premiers stages à Libé, on m’a demandé d’aller au MacDo de la Courneuve pour une descente de la brigade des stup...

Les locaux intérieurs du 36 quai des Orfèvres
Les locaux intérieurs du 36 quai des Orfèvres Crédits : PATRICK KOVARIK - AFP

L’administration a estimé que ce bâtiment du 36 quai des Orfèvres était trop vétuste : trop froid l’hiver, trop chaud l’été, c’est vrai qu’ils sont dans des mansardes, des greniers que moi j’adore mais pour y travailler ce n’est pas toujours évident. Mais c’est aussi le signe de l’avènement d’une police moderne, archi-moderne, qui va aller dans un bâtiment de huit étages un peu impersonnel, aux Batignolles, 36 rue du Bastion, ils ont quand même gardé leur numéro mythique…

A VOIR Quai des Orfèvres : les 148 marches

- Au 36 Quai des Orfèvres

- Quai des Orfèvres : trois regards d'auteurs

Chroniques

6H25
2 min

Les Émois

"Le chasseur d'histoires" d' Eduardo Galeano
Intervenants
  • ancienne chef de la rubrique police, banditisme et faits divers à Libération, journaliste aux Jours et à l'Obs
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......