LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un couple au Sunlit Park

Philippe Besson : "J’adore être romancier, j’adore inventer des histoires et former des mensonges"

20 min

Philippe Besson publie un nouveau roman, son livre le plus autobiographique dans lequel il se raconte à la première personne et qui évoque un souvenir de jeunesse de l'hiver 1984 : l'histoire du premier amour, de la passion dévorante. Qu'est devenu cet amour quand vingt ans se sont écoulés ?

Un couple au Sunlit Park
Un couple au Sunlit Park Crédits : Matt Dutile / Image Source - AFP

Aujourd'hui, dans Paso Doble

Philippe Besson, écrivain, pour « Arrête avec tes mensonges » aux éditions Julliard

Le jeune homme met à la naissance de cette histoire une condition, un préalable : c’est le silence, la clandestinité, le secret. « Ça ne sera possible entre nous que si personne ne sait », parce que c’est les années 80, une petite ville de province, parce que nous devons nous cacher des autres si nous ne voulons pas subir la moquerie, les insultes, les injures, la violence, et surtout si nous voulons continuer d’exister dans un monde qui ne nous fait aucune place.

Résumé de l'éditeur

À travers le récit autobiographique d'un amour de jeunesse, Philippe Besson met en scène un combat implacable entre vérité et mensonge.
Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J'inventais si bien les histoires, paraît-il, qu'elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
Aujourd'hui, voilà que j'obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre.
Autant prévenir d'emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale.
Mais un amour, quand même.
Un amour immense et tenu secret.
Qui a fini par me rattraper.

Quand je suis romancier, je fais appel à mon imaginaire, j’invente l’histoire. Là, pour la première fois de ma vie, j’ai fait appel à ma mémoire mais la mémoire est une chose merveilleuse et étonnante, c'est-à-dire qu’il y a une mémoire très exacte –vous avez l’impression que vous ouvrez une valise et que tout est là : les photos, les tickets de cinéma…-, et puis en même temps, il y a des choses qui sont de l’ordre de la mémoire recomposée, réécrite, fantasmée, de ce que vous auriez voulu que ce soit et que ça n’a peut-être pas été. C’est ça qui est très étonnant dans ce travail mémoriel, tout ce qui relève du vrai et du vraisemblable.

Chroniques
6H25
3 min
Les Émois
"Le Soleil, ni la mort" : "La guerre et après..." de Pauline Maucort
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......