LE DIRECT
“La structure est pourrie, camarade” de Yann Kebbi et Viken Berberian

Yann Kebbi et Viken Berberian : "Erevan est en transformation pourtant rien ne bouge, la vie et la ville sont figées"

20 min

Yann Kebbi et Viken Berberian font le récit, en BD, d'une ville en pleine transformation, Erevan, capitale de l'Arménie. Critique non manichéenne des dérives de l'architecture dans des pays récemment convertis au libéralisme et histoire à tiroirs de deux personnages qui veulent tout reconstruire.

“La structure est pourrie, camarade” de Yann Kebbi et Viken Berberian
“La structure est pourrie, camarade” de Yann Kebbi et Viken Berberian Crédits : Yann Kebbi et Viken Berberian / Actes Sud BD

Aujourd'hui dans Paso Doble :

Yann Kebbi, dessinateur, et Viken Berberian, écrivain, pour La structure est pourrie, camarade, aux éditions Actes Sud BD.

Dans beaucoup de villes, les agents immobiliers détruisent le patrimoine, les bâtiments classés, pour construire des lieux plus rentables. On voit ça dans beaucoup de pays de l'Est, en Occident aussi mais à Paris ou New-York, il y a des règles pour conserver l'identité collective d’une ville. En Arménie, Erevan était une ville en pleine transformation après l’indépendance en 92, les gens faisaient n’importe quoi.

Viken Berberian

“La structure est pourrie, camarade” de Yann Kebbi et Viken Berberian
“La structure est pourrie, camarade” de Yann Kebbi et Viken Berberian Crédits : Yann Kebbi et Viken Berberian / Actes Sud BD

Résumé de l'éditeur

Au cœur de la capitale arménienne et de cette révolution architecturale, Yann Kebbi, et l’énergie monumentale de son trait, associé à l’humour absurde de l’écrivain Viken Berberian, dessine un portrait grotesque et terriblement réaliste de notre monde. “Il faut tout reconstruire, terminés les vieux immeubles historiques, place au renouveau !”

“La structure est pourrie, camarade” de Yann Kebbi et Viken Berberian
“La structure est pourrie, camarade” de Yann Kebbi et Viken Berberian Crédits : Yann Kebbi et Viken Berberian / Actes Sud BD

Je n’ai pas été témoin de la guerre civile au Liban mais mon père l'a été pendant plusieurs années. Les cicatrices ont été conservées dans l’architecture du pays. Un architecte, Bernard Khoury, a conservé les façades des immeubles criblés de balles pour que les gens n’oublient pas ce qui s’est passé au Liban. Mais en Arménie, on parle de la reconnaissance du génocide, du passé, mais quand on parle de l’architecture ou de la mémoire de la ville, ça devient moins important.

Viken Berberian

“La structure est pourrie, camarade” de Yann Kebbi et Viken Berberian
“La structure est pourrie, camarade” de Yann Kebbi et Viken Berberian Crédits : Yann Kebbi et Viken Berberian / Actes Sud BD

À partir des premiers éléments de texte, j’avais déjà créé un univers visuel, les boulets de destruction, toutes les statues d’Erevan, j’avais déjà une vision très fantasmée de la ville. C’était une vraie volonté de ne pas y aller. Pour qu’une histoire soit pérenne, il faut qu’elle soit vraiment fictionnelle. Le livre part d’éléments réels mais je n’ai jamais voulu aller à Erevan, j’ai travaillé à partir de photos de Viken et d’images google. J’ai pris les statues, malmené la ville, on la reconnaît mais ce n’est pas Erevan.

Yann Kebbi

Chroniques

6H25
3 min

Les Émois

"Un éclair dans une bouteille" ou l'aventure de "Phantom of the paradise"
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......