LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Epicure, couronné de pampres

Epicure et ses conseils pour bien mourir aux socialistes

4 min

Ca y est, les élections, c’est fini ! Mais pour se remettre de cette longue période et pour encourager les perdants, encore deux conseils avant les vacances. Et aujourd’hui, un conseil pour les socialistes : comment faire face quand on nous dit mort ?

Epicure, couronné de pampres
Epicure, couronné de pampres Crédits : Raphaël

La mort est un sujet classique en philosophie : Platon, Schopenhauer, ou Heidegger, pour ne citer qu’eux... La mort, c’est donc un passage obligé, et même dans la pensée… Mais, depuis ces histoires de renouvellement, elle semble être aussi devenue un sujet classique pour les politiques, et notamment pour les socialistes :

« Ci-gît le PS », « Requiem à Solferino », ou encore « L’adieu à la patrie socialiste », toute cette semaine, on a pu lire des chroniques, opinions et édito sur la mort du Parti Socialiste. Mais, déjà, dès le 1er tour des élections présidentielles, et le score éliminatoire de Benoît Hamon, Manuel Valls mettait les pieds dans le plat et pointait l’urgence d’un renouvellement pour les socialistes.

Mais là est bien le problème : avant d’envisager le renouveau d’un parti, encore faut-il acter sa mort, non pas seulement trouver les raisons de sa chute, ou les raisons de rebondir, mais encore faut-il y faire face. Et c’est bien Epicure et sa Lettre à Ménécée qui peuvent être ici d’un grand secours.

« Prends l'habitude de penser que la mort n'est rien pour nous, dit ainsi Epicure, car tout bien et tout mal résident dans la sensation, et la mort est privation de toute sensibilité ». Mais comment, dans le cas des socialistes, ne pas craindre la mort quand ils peuvent en fait la ressentir, et qu’ils peuvent donc l'expérimenter ?

« La mort n'est rien pour nous », dit donc Epicure : car, comme il le précise, « tant que nous existons nous-mêmes, la mort n'est pas, et que, quand la mort existe, nous ne sommes plus ! Elle n'existe donc ni pour les vivants ni pour les morts, puisqu'elle n'a rien à faire avec les 1ers et que les 2nds ne sont plus ».

Mais que faire alors avec les socialistes qui semblent à la fois morts et vivant, morts-vivant ? Eh bien, à écouter Jean-Christophe Cambadélis, au soir du 2nd tour des législatives, on pourrait en fait dire qu'ils sont un contre-exemple à eux seuls, qu'ils mettent à l'épreuve l'argument même d'Epicure, selon lequel on est soit mort soit vivant. Car ils actent en direct la fin d'une existence, ils vivent paradoxalement la mort, celle du moins d’un certain parti socialiste.

Mais si Jean-Christophe Cambadélis et les socialistes sont ainsi à l'inverse de ces « gens qui fuient la mort », et qu’ils vivent leur propre fin, jusqu'où peuvent-ils vraiment bien la vivre ?

Sitôt enterré, sitôt remis sur pieds : déjà, le PS semble renaître de ses cendres. Et en cela, encore une fois, Jean-Christophe Cambadélis et les socialistes semblent suivre Epicure : ils n'« incitent pas, je cite, d’un côté les jeunes gens à bien vivre, et de l’autre, les vieillards à bien mourir », ils ont compris, je cite encore, « que bien vivre et bien mourir constituent un seul et même exercice ».

Mais en se demandant : jusqu'où peut-on bien vivre sa propre mort ?, la question n'est pas tant de savoir jusqu'où il faut avoir envie de mettre fin à quelque chose, d'achever, ici, le PS, mais jusqu'où il est possible de bien le faire par soi-même et ensemble, pour l'avenir.

Et là-dessus, Epicure est sans appel : si l'avenir, nous dit-il, « ne nous échappe pas absolument », il « ne nous appartient » pas non plus totalement...

CONSEIL

Lire les stoïciens pour changer, Sénèque et ses Lettres à Lucilius où il conseille pour sa part de se pencher seulement sur ce qui dépend de nous, de quoi bien achever le PS.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......